PROCÈS-VERBAL DE SÉPARATION ET D'ABORNEMENT DE LA  
     
     
     
     PRINCIPAUTÉ DE SALM DES TERRES DE FRANCE ET DE LORRAINE  
     
     
     
         DU 5 JANVIER 1755  
         
    Les textes reproduits ci-dessous ont été laissés dans la formulation et l'ortographe d'origine  
         
     
       Le traité qui séparait de la France une partie du territoire connu sous le nom de Comté et Principauté de Salm, ayant  
     
  formé dans les Vosges, depuis 1571, un ensemble possédé en commun ou séparément par le duc de Lorraine et le prince  
     
  de Salm Salm, pour constituer une Principauté allemande autonome, enclavée dans le territoire français, en faveur du feld  
       
  maréchal Nicolas-Léopold, prince de Salm-Salm, chevalier de la toison d'or, avait été signé à Paris le 21 Décembre 1751.  
     
     Les négociations entre la France et l'Empire, pour la Principauté de Salm, commencées après le traité de Vienne du 18  
       
  Novembre 1738, pour indemniser les princes allemands possessionnés en France, avaient duré treize ans. Le maréchal  
       
  prince de Belleisle, gouverneur des Trois-Évêchés, et le prince Louis-Charles Othon de Salm-Salm, fils aîné du prince  
       
  Nicolas-Léopold, qui avait fait de longs séjours en France, où il possédait des abbayes en commende, assisté de l'abbé  
       
  Rome, chanoine de Saint-Pierre de l'Isle, furent les négociateurs de ce traité, très difficile à terminer à cause de l'enclave  
       
  allemande à créer en France, sans communication avec la frontière.  
       
      Mais, par suite de difficultés survenues au sujet des qualités prises par le prince de Salm-Salm, qu'il fallut un certain  
       
  temps pour aplanir dans la convention du 21 Décembre 1751, elle ne reçut pas d'exécution immédiate. Les lettres patentes  
       
  assurant la mise en action de cette pièce si importante pour l'histoire de Senones, puisque cette ville devenait la capitale  
       
  d'un État souverain, ne furent signées par le roi Stanislas qu'un an après, le 31 Décembre 1752.  
       
     Pour définir absolument le territoire appartenant en souveraineté au prince de Salm-Salm, sous la puissance suprême  
       
  de l'empereur d'Allemagne, on dut procéder à un abornement complet du périmètre de la nouvelle Principauté, les cartes  
       
  qui existaient alors ne suffisant pas pour établir des limites précises, qui étaient celles du "Comté et Principauté, " sauf la  
       
  partie située à droite de la Plaine, devenue frontière. L'abbé Thelosen, aumônier du prince NicolasLéopold, son fondé de  
       
  pouvoirs, et Gautier, agent du roi de Pologne comme duc de Lorraine, procédèrent pendant quinze mois à cet abornement,  
       
  et furent amenés à signer à Nancy le 5 Février 1755, trois originaux de son procès-verbal fait avec le plus grand soin. Une  
       
  de ces pièces existe dans ma collection Principautoise à Paris, et je prends la liberté d'en envoyer une copie que je puis  
       
  certifier conforme à l'original, à M. le Président de notre Société, pour demander au Comité son insertion dans le Bulletin  
       
  de cette année, si on le juge convenable.    
       
     Cette pièce authentique est écrite sur parchemin, de format in-4°, mesurant 0m325 sur Om218, d'une écriture très  
       
  soignée, contenant vingt-deux pages de texte et deux sceaux en cire rouge, chaque page est contresignée Gautier et  
       
  Thelosen. Je me suis borné à l'analyser dans le volume grand in-4° de 260 pages de texte, avec 107 planches, intitulé  
       
   "Documents pour servir à l'histoire de la Principauté de Salm, en Vosges, et de la ville de Senones, sa capitale, dans la  
       
  seconde moitié du XVIIIe siècle," que je suis sur le point de faire paraitre.  
       
     Le chapitre de mon livre consacré à la cartographie de la Principauté de Salm, contient de nombreux détails sur  
       
  l'abornement en question; les commissaires, l'abbé Thelosen et Gautier ne parlent pas de plan annexé, fait spécialement  
       
  pour l'accompagner, mais j'ai possédé une carte de grande dimension, postérieure à 1755, où les bornes citées dans le  
       
  procès-verbal d'abornement étaient indiquées très exactement à leur place avec leurs numéros, et je l'ai reproduite dans  
       
  mon livre. En outre, des bornes armoriées de l'époque, posées en des points remarquables, ont été retrouvées et dessinées  
       
  dans les gravures dans le texte.    
       
     L'abornement contient des noms de lieux si connus et placés dans des endroits si pittoresques, qu'en le lisant on  
       
  éprouve le désir de suivre en réalité sur le terrain la ligne des frontières de l'ancienne Principauté; c'est une ligne historique    
       
  s'il en fut, car elle remonte à des divisions de pays tracées dans la plus ancienne période de l'histoire locale des environs de    
       
  Senones, et dans quelques parties elle doit se trouver bien près; sur les hauteurs de Saint-Stail, des frontières actuelles de  
       
  la France et de l'Allemagne; peut-être retrouverait-on, en la suivant, maintenant que le périmètre est connu, quelques bornes    
       
  placées de 1753 à 1755, dont on ne connaît plus l'existence. On ferait assurément dans la partie des forêts de montagne une  
       
  course peut-être un peu fatigante, à cause des lignes droites tracées, mais à coup sùr des plus belles.  
       
  Baron FRÉDÉRIC SEILLIÈRE,      
 2
rivière la Plaine
12
11
17
16
24
25
 
      Duché de Lorraine  
     
     
     
     
  milieu de la     ruisseau de Vaquenback  
  rivière La Plaine  
44
jusqu'à
 
  entre        et    
     
      rivière de La Brûche  
         
     
      Principauté de Salm  
     
      ruisseau de Grandroüé  
     
43
depuis
 
     
  ruisseau de Ravine,   Royaume de France  
  puis ruisseau de  
  La Bonne femme  
  entre         et        
         
     
     
     
     
  ruisseau de la Mortegoutte  
  ou de Margoutte, puis  
  de Rapodo et enfin de  
  Chassonville  
  entre         et    
     
     
  ruisseau de Lavaux  
  entre         et           Limites et contenu de la Principauté de Salm après la séparation (1751) et l'abornement (1755)  
        d'avec le Roi de France et le Duc de Lorraine plus situation de chaque borne aux nouvelles frontières  
     
     
     
       
    PROCÈS VERBAL de Séparation et d'Abornement de la Principauté de Salm, des Terres  
       
    de France et de Lorraine, en Exécution de la Convention entre leurs Majestés le Roy très  
       
      Chrétien, le Roy de Pologne Duc de Lorraine et de Bar et M. le Prince de Salm Salm.  
         
         
         
  L'AN mil sept cent cinquante trois le quatrième Novembre et jours suivants, en Exécution de l'article Trois de la convention  
         
  passée le vingt et un Décembre mil sept cent cinquante et un, entre leurs Majestés le Roy trés Chrétien, le Roy de Pologne  
         
  Duc de Lorraine et de Bar, et M. le Prince de Salm Salm dont Suit la Teneur.    
     
  " En Conséquence des presentes Cessions faites par sa Majesté Polonaise, les Limites de la Principauté de Salm demeuront  
     
  les mêmes au delà et à la gauche de la dite Riviére de Plaine, qu'elles étaient d'ancienneté, pour les Terres qui composoient  
     
  la partie de la Principauté et Comté de Salm au delà et à la gauche de la dite Rivière de Plaine avant le présent partage. Et dans  
     
  les Endroits ou la Principauté de Salm ne sera point séparée par des Riviéres ou des Ruisseaux, des Terres de France ou de  
     
  Lorraine il sera mis des Bornes et des Limites armoriées, qui Etabliront la ligne de Séparation de la Principauté a d'avec les  
     
  Terres susdites, dont Procès Verbaux seront fait doubles par les Commissaires nommés à cet Effet par « chacunes des parties    
     
  contractantes, et les difficultés qui « pouroient naitre à ce Sujet seront terminées amiablement par les dits commissaires. "  
     
  NOUS Commissaires nommés de la part de Leurs Majesté très Chrétienne et Polonaise, et de la part de M. le Prince de Salm  
     
  Salm, Jean Gautier Ingénieur du Roy de Pologne au nom de Leurs Majestés par Commission de M. Le Duc de Belleisle Pair et    
     
  Maréchal de France, Prince du St-Empire, Chevalier des Ordres de Sa Majesté très Chrètienne, et de la Toison d'Or, Gouverneur  
     
  et Commandant de la Province des Evêchés de Metz, Toul et Verdun, Lieutenant Général en Lorraine & a. La dite Commission    
     
  donnée en Vertu de Ses pouvoirs à Paris le trente Janvier mil sept cent cinquante trois, et Jean Thélosen Conseiller de M. le  
     
  Prince de Salm Salm, au nom du dit Prince par sa Commission donnée à Vienne le quinze Décembre mil sept cent cinquante  
     
  deux.  
 
       
  NOUS sommes rendus sur les Lieux, ou étant nous avons procédé    
       
  à la Séparation de la dite Principauté de Salm d'avec les Terres de    
       
  France et de Lorraine, toutes difficultés amiablement terminées    
       
  après avoir averti les Seigneurs, leurs Officiers, les Propriétaires    
       
  de Bans et Finages, et assemblé les Maires, Sindics, Forestiers,    
       
  Gardes Chasse et anciens, pour être exactement informés du    
       
  local suivant les indications cy après détaillées de la situation    
       
  et distance des bornes de pierre de taille armoriées que nous    
       
  avons fait mettre pour les Limites de la dite Principauté.      
       
  La situation des Bornes a été déterminée par la disposition du    
       
  terrain et les distances mesurées ensuite à la Toise de France,    
       
  de six pieds de Roy.      
                    Première borne entre le Donon d'Alsace et le Donon de Salm  
     
     
      PREMIÈRE PARTIE de l'Orient à l'Occident le cours de la Riviére de Plaine  
     
                depuis sa source jusque au Finage de Raon l'Etape Lorraine.  
     
     
  Première Borne. Entre la Montagne du Petit Donon Alsace et Celle du Haut Donon Principauté, au Nord des dites Montagnes,    
     
  dans la Vallée ou la Rivière de Plaine prend sa principale source, à trois toises deux pieds au-dessus de la dite Source, ou il  
     
  n'y avoit point de Borne, les Bois de l'abbaie de Domèvre, Finage de Raon les l'Eau Lorraine d'une part et les Bois nommés  
     
  les Hans de Forges de Framont Principauté de l'autre part, la dite Borne armoriée de l'Ecu de Lorraine à droite et de l'Ecu de  
     
  Salm à gauche.  
     
  Le milieu du Cours de la dite Rivière de Plaine depuis sa Source jusques au Finage de Raon-l'Etape Lorraine, fait la Sépartion    
     
  de la Lorraine, Baillage de Blamont, du Ban le Moine France, et du Comté de Salm Prévôté de Badonviller Lorraine, d'avec la  
     
  Principauté conformément à l'article premier de la Convention de Leurs Majestés & a.    
     
     
     
      SECONDE PARTIE de l'Occident au Midy depuis le Finage de Raon l'Etape  
     
      Lorraine, jusques aux Terres de France, Province d'Alsace, qui comprend  
     
      les finages de Raon l'Etape, de Moyenmoutiers, de la Fontenelle, de Laitre  
         
                                            et la grande Fosse Lorraine.  
     
     
     
  Deuxième Borne dans les Prairies à gauche de la Rivière de Plaine, le Finage de Raon l'Etape Lorraine d'une part et le Finage    
     
  de Celles Principauté de l'autre part à trente cinq Toises du Lit actuel de la dite Rivière, au-dessus de la Forge Evard Finage  
     
  du dit Raon-l'Etape, au pied d'un seul arbre de Bouleau conservé dans la Prairie pour la Séparation ancienne et ordinaire des    
     
  dits Finages la dite Borne armorié de l'Écu de Lorraine et l'Ecu de Salm.  
     
  Troisième Borne à la Lisière du Bois du Haut Port au-dessus et à droite du chemin de Raon-l'Etape à Celles, le dit Bois du Haut  
     
  Port Finage de Raon-l'Etape Lorraine d'une part, et le Bois de Malhay Principauté de l'autre part, la dite Borne armoriée comme    
     
  cy-dessus, posée à la place d'une ancienne Borne qui a été levée et sous laquelle il ne s'est point trouvé de Témoins. Distance,  
     
  cent vingt toises, cinq pieds de la seconde Borne.  
     
  Quatrième Borne. En montant entre les dits Bois du Haut Port et du Malhay, armoriée comme cy-dessus, posée à la place d'une    
     
  ancienne Borne qui a été levée et sous laquelle il s'est trouvé trois morceaux de Charbon pour Témoins. Distance, cent onze  
     
  Toises de la Troisième Borne.  
     
  Cinquième Borne. En montant entre les dits Bois armoriée comme cy-dessus, posée à la place d'une ancienne Borne qui a été    
     
  levée et sous laquelle il s'est point trouvé de Témoins. Distance, quatre-vingt-treize Toises, quatre pieds de la Quatrième Borne.  
     
  Sixième Borne. En montant entre les dits Bois, armoriée comme cy-dessus, posée à la place d'une Roche sur laquelle s'est  
     
  trouvé une Croix. Distance, Cent-quarante-sept Toises, deux pieds de la Cinquième Borne.  
     
  Septième Borne. En montant entre les dits Bois, armoriée comme cy-dessus, posée au-dessus de la Basse du Haut Port ou il  
     
  n'y avait pas de Borne. Distance, cent quarante sept Toises, deux pieds de la Sixième Borne.  
     
  Huitiènae Borne. En montant entre les dits Bois armoriée comme cy-dessus posée au Haut d'Agron, à la place d'une grosse  
     
  Roche dite Vulgairement la Pierre Borne, sur laquelle était une Croix accompagnée d'une plus petite Roche aussi avec une  
     
  Croix marquant l'une et l'autre la Séparation du Finage de Raon-l'Etape de celui de Moyenmoutier Lorraine d'une part, et le dit    
     
  Bois du Malhay Principauté de l'autre part. Distance, cent-quarante-cinq Toises de la Septième Borne.  
     
  Neuvième Borne. En descendant sur le Ruisseau de Ravine à la gauche de la Source de Quiriengoutte, le Bois tle la Grande  
     
  Basse Finage de Moyenmoutier d'une part, et le Bois de Compagnie Principauté de l'autre part la dite Borne armoriée comme  
     
  cy-dessus, posée ou il n'y en avoit point. Distance, Cent-trente-quatre Toises, un pied de la Huitiéme Borne.  
     
  Dixième Borne. En descendant entre les dits Bois sur le ruisseau de Ravine, le Ruisseau de Quiriengoutte à droite, armoriée  
     
  comme cy-dessus, posée ou il n'y en avoit point. Distance, deux-cent-trois Toises, deux pieds de la Neuvième Borne.  
     
  Onzième Borne. Au bas des Bois de la Grande Basse, Finage de Moyenmoutier d'une part à ceux de Compagnie Principauté  
     
  de l'autre part, armoriée comme cy-dessus, posée près d'une ancienne Roche qui servoit de Borne sur laquelle étoit une Croix.    
     
  Distance, cent-soixante-six Toises de la Dixième Borne et à quinze toises du Ruisseau de Ravine.  
     
  Ruisseau de Ravine. Le dit Ruisseau, a commencer vis-à-vis la Onzième Borne cy-dessus fait les limites jusques à  
     
  l'Embouchure du Ruisseau de la Bonne femme, le Finage de Moyenmoyen Lorraine d'une part, et les Bois de Querelle  
     
  Principauté de l'autre part.  
     
  Ruisseau de la Bonne femme. Le dit Ruisseau fait les Limites depuis son Embouchure dans le Ruisseau de Ravine jusques  
     
  vis-à-vis la Fontaine nommée Cressonfontaine, auprés et au-dessus de laquelle l'Ecu de Salm a été Sculpté sur une Roche  
     
  pour fixer la Scituation de la dite Fontaine Principauté.  
     
  Douzième Borne. Vis-à-vis Cressonfontaine à la Lizière du Bois de Malfosse Finage de Moyenmoutier d'une part, et des Bois  
     
  Communaux de Senones Principauté de l'autre part, la dite Borne armoriée de l'Ecu de Salm et de l'Ecu de Lorraine comme  
     
  cy-dessus et posée ou il n'y en avoit point. Distance, de la Roche et de l'Ecu de Salm de Cressonfontaine dix-huit Toises  
     
  deux pieds.  
     
  Treizième Borne. En montant entre les dits Bois, armoriée comme cy-dessus posée ou il n'y en avoit point. Distance, cent huit    
     
  Toises de la Douzième Borne.  
     
  Quatorzième Borne. Idem, entre les dits Bois. Distance, cent dix Toises de la Treiziéme Borne.    
     
  Quinzième Borne. A la hauteur de Malfosse, le Bois de Malfosse Ban de Moyenmoutier d'une part et les Bois Communaux de  
     
  Senones Principauté de l'autre part, armoriée comme cy-dessus et posée à la place d'une très Grosse Roche qui servoit de  
     
  Borne. Distance, cent seize Toises cinq pieds de la Quatorzième Borne.  
     
  Seizième Borne. En descendant du côté du Val de Senones entre les dits Bois au-dessus de la Mortegoutte ou Margoutte,  
     
  armoriée comme cy-dessus, posée ou il n'y en avoit point. Distance, quatre-vingt-dix-huit Toises de la Quinzième Borne.  
     
  Ruisseau de la Mortegoutte ou Margoutte. Le dit Ruisseau fait les limites jusqu'à son Embouchure dans la Rivière de Rapodo  
     
  ou Rivière de Senones.  
     
  Rivière de Rapodo. Elle fait les limites depuis l'Embouchure du dit Ruisseau de la Margoutte jusques à l'Embouchure du  
     
  Ruisseau de Chassonville.  
     
  Ruisseau de Chassonville. Le dit Ruisseau fait les limites depuis son Embouchure dans la dite Rivière de Rapodo jusques à  
     
  sa Source qu'il prend à la Fontaine de Marienfosse, le Finage de Moyenmoutier Lorraine, d'une part, et le Finage de Senones  
     
  Principauté, de l'autre part.  
     
  Dix-septième Borne. Entre les deux Sources de la Fontaine de Marienfosse, armoriée de l'Ecu de Lorraine et de l'Ecu de Salm,    
     
  posée ou il n'y en avoit point.    
     
  Dix-huitième Borne. Sur la hauteur dans les Terres entre la Borne précédente et le Bois du Pallon Principauté, le Finage de  
     
  Moyenmoutier d'une part, et le Finage de Senones Principauté de l'autre part armoriée comme cy-dessus, posée à la place  
     
  d'une ancienne Borne sur laquelle il y avoit une Croix, sans témoins. Distance, cent quatre toises, trois pieds de la  
     
  dix-septième Borne.    
     
  Dix-neuvième Borne. En montant à la Lisiére du Bois de Pallon, auprès d'une ancienne Borne qui fait la Séparation du dit Bois  
     
  et la division du Ban de Moyenmoutier de celui de la Fontenelle Lorraine, les dits Bans de Moyenmoutier et de la Fontenelle  
     
  d'une part et le Bois du Pallon Finage de Senones Principauté de l'autre part. La dite Borne armoriée comme cy-dessus, posée    
     
  ou il n'y en avoit point. Distance, deux cent quinze Toises, deux pieds de la Dix-huitième Borne.  
     
  Vingtième Borne. En descendant à la Liziére et angle du Bois du Pallon sur les prés de Romont, les près de Marigoutte, Ban  
     
  de la Fontenelle d'une part et le dit Bois du PalIon Principauté de l'autre part,la dite Borne armoriée comme cy-dessus, posée    
     
  ou il n'y en avoit point. Distance, deux cent quatorze Toises,  un pied de la Dix-neuvième Borne.  
     
  Vingt-unième Borne. En descendant à la Liziére et angle du Bois du Pallon sur les prés de Romont, les près de Marigoutte Ban    
     
  de la Fontenelle d'une part et le dit Bois du PalIon Principauté de l'autre part, armoriée comme cy-dessus, posée ou il n'y en  
     
  avoit point. Distance, cent quatre-vingt Toises, quatre pieds de la Vingtième Borne.  
     
  Vingt-deuxième Borne. Sur la hauteur des champs de Croÿ le Finage de la Fontenelle Lorraine d'une part et le Finage de Menil    
     
  Principauté de l'autre part la dite Borne armoriée comme cy-dessus, posée ou il n'y en avoit point. Distance, deux cent soixante-  
     
  douze Toises, trois pieds de la Vingt-unième Borne.  
     
  Vingt-troisième Borne. Au Canton de Longchamps sur le revers du côté des prés de Tauronaux, le Finage de Laitre Lorraine  
     
  d'une part, et le Finage de Menil Principauté de l'autre part, la dit Borne armoriée comme cy-dessus posée ou il n'y en avoit point.  
     
  Distance, deux cent cinquanteneuf Toises de la Vingt-deuxième Borne.  
     
  Vingt-quatrième Borne. Au-dessus du Cours des Eaux qui arrosent les prés des Champay, les Hayes, Finage de Laitre Lorraine,    
     
  d'une part, et les dits prés des Champay, Finage de Menil, Principauté de l'autre part la dite Borne armoriée cy-dessus, posée    
     
  ou il n'y avoit point. Distance, cent quatre-vingt-dix-sept Toises, un pied de la Vingt-troisième Borne.  
     
  Depuis la dite vingt-quatrième Borne jusques à l'Embouchure du Ruisseau qui vient de Laitre, nommé le Ruisseau du Pré du  
     
  Puits, dans celui de Lavaux, cent trente-quatre Toises, quatre pieds.  
     
  Ruisseau de Lavaux. Le dit Ruisseau depuis l'Embouchure du Ruisseau du Pré du Puis passant au milieu du village de Châtay    
     
  ou Chàta, la partie Méridionale Lorraine, la partie Septentrionale Principauté, fait les limites jusques à sa Source nommée la  
     
  Fontaine du Grand houx, entre le Finage de Laitre Lorraine, et le Finage de Châta, Principauté.    
     
  Vingt-cinquième Borne. Auprés et au-dessus de la Fondrière, qui fournit la Fontaine du Grand houx, Source du Ruisseau de  
     
  Lavaux, les Bois de Belfeÿ, Finage de Laitre, Lorraine, d'une part et les Bois de Débat, Principauté, de l'autre part la dite Borne    
     
  armoriée de l'Ecu de Salm et de l'Ecu de Lorraine, posée ou il n'y en avoit point.  
     
  Vingt-sixième Borne. En montant entre les dits Bois à la Séparation du Finage de Laitre de celui de la Grandefosse les dits  
     
  Finages Lorraine d'une part, et l'angle du Bois de Débat Finage de Chàta Principauté de l'autre part la dite Borne armoriée  
     
  comme cy-dessus posée à la place d'une ancienne Borne. Distance, trente neuf Toises, cinq pieds de la Vingt-cinquième Borne.  
     
  Vingt-septième Borne. A la Lisière des Bois Communaux de la Grandefosse du côté de la Cense du Haut du Bois, les dits Bois    
     
  Communaux et Finage de la Grandefosse Lorraine d'une part, et les Bois de Débat Principauté de l'autre part; la dite Borne  
     
  armoriée comme cy-dessus, posée, ou il n'y en avoit point. Distance, cent trente-huit Toises, un pied de la Vingt-sixième Borne.    
     
  Vingt-huitième Borne. Au-dessus, vis-à-vis et à la distance de vingt-deux Toises trois pieds de la Cense du Haut du Bois, les  
     
  dits Bois et Finage de la Grandefosse, Lorraine, d'une part et les dits Bois de Débat Principauté de l'autre part, la dite Borne  
     
  armoriée comme cy-dessus posée ou il n'y en avoit point. Distance, cent quarante Toises, deux pieds de la Vingt-septième Borne.  
     
  Vingt-neuvième Borne. Idem, en descendant entre les dits Bois. Distance, cent quatre-vingt-deux Toises cinq pieds de la  
     
  Vingt-huitième Borne.  
     
  Trentième Borne. Auprès d'une ancienne Borne dite la Mere Borne, les Terres et Finage de la Grandefosse, Lorraine d'une  
     
  part et l'angle du Bois de Belfey Principauté de l'autre part, la dite Borne armoriée comme cy-dessus posée ou il n'y en avoit  
     
  point. Distance, cent quatre-vingtquatre Toises de la Vingt-neuvième Borne.    
     
  Trente-unième Borne. Borne ancienne dite la Mere Borne, joignant la précédente, la dite Borne conservée n'a point été levée    
     
  ni armoriée, seulement numérotée et fait la Séparation de la Lorraine et de la France, Province d'Alsace, d'avec la Principauté    
     
  de Salm.  
     
     
     
      TROISIÈME PARTIE; de l'Occident à l'Orient, depuis les Terres de France  
     
      Province d'Alsace jusques la Rivière de Bruche autrefois la Brussine qui  
     
      comprend le Finage de Saale Province d'Alsace, et le cours du Ruisseau  
     
                                                        de Grandroüé.  
         
         
  Trente-deuxième Borne. Auprès de la précedante, les Terres du Finage de Saale, Province d'Alsace, d'une part, et les Terres  
         
  de Belfey Finage de Grandrupt Principauté de l'autre part la dite Borne armoriée de l'Ecu de France et de l'Ecu de Salm, posée    
         
  ou il n'y en avoit point.    
         
  Trente-troisième Borne. Idem, entre les Terres et Finage de Saale Alsace et celles de Belfey Principauté. Distance, cent  
         
  quatre-vingt-dix Toises, un pied de la Trente-deuxième Borne.  
         
  Trente-quatrième Borne. Idem. Distance, cent quarante deux Toises, un pied de la Trente-troisième Borne.  
         
  Trente-cinquième Borne. Vis-à-vis, au-dessus et à la Distance de dix-sept Toises de la Cense de Belfey, les Terres et Finage  
         
  de Saale Alsace d'une part, et les prés de la dite Cense de Belfey Principauté de l'autre part, la dite Borne armoriée comme  
         
  cy-dessus, posée ou il n'y en avoit point. Distance, quatre-vingt Toises cinq pieds de la Trente-quatrième Borne.    
         
  Trente-sixième Borne. A l'angle et à la Lisiére du Bois de Rigon Principauté les Terres et Finage de Saale Alsace d'une part,  
         
  et le dit Bois de Rigon Finage de St-Stail de l'autre part la dite Borne armoriée comme cy-dessus, posée ou il y en avoit point.  
         
  Distance, cent quatre-vingt-quatorze Toises de la Trente-cinquième Borne.    
         
  Trente-septième Borne. Idem, à l'angle suivant de la Lisiére du Bois de Rigon Distance, soixante-sept Toises un pied de la  
         
  Trente-sixième Borne.    
         
  Trente-huitième Borne. A l'angle des Bois Communaux de Saale et à la Liziére du dit Bois de Rigon, les Bois Communaux  
     
  et le Finage du dit Saale Alsace d'une part et le Bois de Rigon Principauté de l'autre part la dite Borne armoriée comme cy  
     
  dessus posée ou il n'y en avoit point. Distance, deux cent soixante-douze Toises de la Trente-septième Borne.  
     
  Trente-neuvième Borne. Idem entre les dits Bois Communaux de Saale et le dit Bois de Rigon Principauté, suivant les  
     
  anciennes Exploitations. Distance, cent vingt-sept Toises de la Trente-huitième Borne.  
     
  Quarantième Borne. Idem, entre les dits Bois. Distance, quatre-vingt-onze Toises quatre pieds de la Trente-neuvième Borné.  
     
  Quarante-unième Borne. Idem, entre les dits Bois. Distance, cent soixante-dix Toises de la Quarantième Borne.  
     
  Quarante-deuxième Borne. Idem, entre les dits Bois. Distance, quatre-vingt-sept Toises trois pieds de la Quarante unième Borne.  
     
  Quarante-troisième Borne. A quatre toises deux pieds au dessus de la Fontaine des Aveux ou des Aveugles, les Terres de la  
     
  Cense de Grandroué Finage de Saale Province d'Alsace d'une part, et les Terres Communales de St-Stail Principauté de  
     
  l'autre part; la dite Borne armoriée de l'Ecu de France et de l'Ecu de Salm comme cy-dessus, posée ou il n'y en avoit point.  
     
  Distance, cent treize Toises deux pieds de la Quarante-deuxième Borne.  
     
  Ruisseau de Grandroüé. Le dit Ruisseau fait les Limites depuis la Fontaine des Aveux. ou il prend sa Source, jusques à son  
     
  Embouchure dans la Rivière de Brùche.  
     
     
     
       QUATRIÉME PARTIE du Midy à l'Orient, le Cours de Ia dite Riviére de Brûche  
     
          jusques à l'Embouchure du Ruisseau de Vaquenback, qui comprend Ies  
     
      Finages de St-Blaise~ Foudai Seblet, Roteau, la Neufville ou Schirmeck Alsace.  
     
     
  Le Cours de la Rivière de Brûche fait les Limites jusques à l'Embouchure du Ruisseau du Vaquenback, au-dessous de  
     
  Schirmeck Alsace et la Broque Principauté.  
     
  Pour prévenir qu'on ne puisse prendre le Canal du Moulin de Poutay pour le Cours de la dite Rivière, dont il reçoit presque  
     
  toutes les Eaux, il a été ouvert un Fossé au point ou commence le dit Canal à la distance de deux cent soixante-trois Toises  
     
  mesurées en ligne droite jusques à Rouë du dit Moulin les Prairies entre le dit Canal et le Cours de la Rivière, Finage de  
     
  Plaine, Principauté.    
     
     
     
      CINQUIÉME PARTIE du Midy au Septentrion depuis l'Embouchure du Ruisseau  
     
        de Vaquenback dans la Brûche jusques à la Source de la Riviére de Plaine,  
     
      qui comprend le Cours du dit Ruisseau de Vaquenback le Finage de Schirmeck  
     
           Terre de France Province d'Alsace et le Finage de Raon les l'Eau Lorraine  
     
     
  Ruisseau de Vaquenback. Le dit Ruisseau fait les Limites depuis son Embouchure dans la Rivière de Brûche comme dit est,  
     
  jusques à sa Source au-dessus de Framont et Grandfontaine Principauté, la dite Source appelée la Goutte du Marteau.  
     
  Quarante-quatrième Borne. Au pied du Haut Donon Principauté, à la Goutte du Marteau Source du Ruisseau de Vaquenback,    
     
  les Prés et Bois de l'Evêché de Strasbourg Finage de Schirmeck d'une part, les Terres de la Cense de la Goutte du Marteau  
     
  Principauté de l'autre part; la dite Borne armoriée de l'Ecu de France et de l'Ecu de Salm, posée ou il n'y en avoit point.  
     
  Quarante-cinquième Borne. Sur la hauteur entre le Petit Donon Alsace et le Haut Donon Principauté, les Bois de l'Evêché de  
     
  Strasbourg Finage de Schirmeck d'une part, et les Bois des Hans des Forges de Framont Principauté de l'autre part; la dite  
     
  Borne armoriée comme cy-dessus et posée à la place d'une ancienne Borne Séparative de l'Alsace et la Lorraine d'avec la  
     
  Principauté. Distance, cent quatre Toises, cinq pieds de la Quarante-quatrième Borne. Quarante-sixièrne et dernière Borne,  
     
  auprès et joignant la précédente, les Bois de l'abbaie de Domêvre Finage de Raon les l'Eau Lorraine d'une part et les Bois  
     
  des Forges de Framont de l'autre part, qui continuent jusques à la Source de la Rivière de Plaine ou la première Borne est  
     
  posée la dite Quarante-sixième et dernière Borne armoriée de l'Ecu de Lorraine et de l'Ecu de Salm, posée comme la précédente  
     
  & Distance cent trente deux Toises de la première Borne.    
     
  Les dites Bornes armoriées et plantées sont accompagnées chacune de Morceaux de Thuille platte et charbon pour Témoins,    
     
  et Numérotées dans l'ordre cy-dessus. La Scituatiora des Bornes posées ne détermine aucun allignement, les dites Bornes  
     
  indiquent seulement les points fixes de la Séparation en ligne droite de l'une à l'autre. Le rnilieu du Lit de la Rivière de Plaine    
     
  de même que celui des Ruisseaux de Ravine, de la Bonnefemme, de la Margoutte de la Rivière de Rapodo des Ruisseaux de  
     
  Chassonville, de Lavaux et de Grandroué, de la Rivière de Bruche et du Ruisseau de Vaquenback, en tout ou en partie, ainsi  
     
  qu'il est cy-dessus détaillé; fait les Limites de la Principauté de Salm avec la France et la Lorraine.  
     
  Le Cours des Eaux des dites Rivières et Ruisseaux est respectivement commun pour l'usage et la pèche, Entre la dite  
     
  Principauté, la France Province d'Alsace et la Lorraine.  
     
  Il a été fait des Tranchées dans tous les Bois ou il y a des Bornes, sur cinq pieds de Roy de Largeur de part et d'autre du milieu    
     
  des dites Bornes faisant dix pieds de Largeur totale, et des fossés de trois pieds de Largeur et de deux pieds de profondeur,  
     
  suivant les allignemens tracés en Ligne droite d'une Borne à l'autre dans toutes les parties ou il n'y a ni Rivières ni Ruisseaux,  
     
  Excepté dans les Endroits ou les Roches, les Tocs, les Chemins, les Hayës et autres obstacles n'ont pû le permettre, lesquelles  
     
  tranchées et fossés seront entretenus en commun par les Communautés de Lorraine et d'Alsace avec celles de la Principauté    
     
  de Salm, chacune par moitié sur Son Ban et Finage de même que les dites Bornes.  
     
  La Marque et vente en commun, Enchère et adjudication des Bois des Tranchées entre les Bornes ont été faites par les  
     
  Officiers de la Maitrise de St-Diez et de la Grurie de la Principauté le douze Septembre et quatrième Octobre de l'année  
     
  dernière, dont le Prix sera partagé par moitié les frais pour la fourniture, main d'œuvre, transport et plantation des Bornes  
     
  communes et par moitié, sont restés au total à la charge de M. le Prince de Salm-Salm, par compensation du Prix des Matériaux    
     
  de la démolition de l'ancien Moulin de Celles, lesquels à cet Effet lui ont été cédés. De laquelle Séparation et Limites de la  
     
  Principauté de Salm, des Terres de France et de Lorraine, Nous Commissaires susdits avons dressé le présent Procès-Verbal.    
     
  Fait Triple à Nancy le cinq Février mil sept cent cinquante cinq.  
   
 
     
 
     Sceau GAUTIER  Sceau J. THELOSEN  
     en cire    en cire  
      rouge     rouge  
       
       
       
     
     
     
  Nous, en vertu du pouvoir qui nous a été donné par le Roy et Sa Majesté Polonoise Duc de Lorraine et de Bar, nommons le  
       
  sieur Gautier pour Commissaire au nom de Leurs Majestés, afin que conformément à l'article trois de la Convention du vingt    
       
  et un décembre mil sept cent cinquante et un il aplanisse conjointement avec le Commissaire de M. le Prince de Salm-Salm,  
       
  düement autorisé à cet Effet, toutes discutions concernant les Limites de la Lorraine et de la Principauté de Salm Qu'il Examine  
       
  et reconnoisse les Endroits ou la dite Principauté de Salm ne sera point séparée par des Rivières ou des Ruisseaux des Terres    
       
  de France et de Lorraine, qu'il fasse mettre et poser aux dits Endroits des Bornes et des Limites armoriées, qui Établiront à  
       
  l'avenir la Ligne de Séparation de la Susdite Principauté d'avec les Terres de France et de Lorraine, de manière qu'il ne puisse    
       
  dans la suite y avoir aucun doute ni Equivoque. Qu'il fasse dresser les Procès verbaux qu'il jugera nécessaires pour fixer et  
       
  constater les dites Bornes et Limites de Séparation de la maniére la plus claire et la plus précise, et qu'enfin il termine à  
       
  l'amiable et conformément à nos instructions, les difficultés qui pourroient naître à ce Sujet, pour le tout être Suivi et Exécuté    
       
  selon qu'il l'aura réglé et qu'il en sera convenu avec le Commissaire de M. le Prince de Salm-Salm, le tout relativement aux  
       
  Cartes et Plans paraffés, que nous lui avons remis, dont le double semblable est entre les mains du Commissaire de M. le  
       
  Prince de Salm Salm et relativement à la convention dont nous avons également remis un Extrait au dit sieur Gautier.  
       
  Fait à Paris le trente Janvier mil sept cent cinquante-trois.  
       
       
      Signé Le Maréchal DUC DE BELLEISLE.  
       
      Pour copie GAUTIER.  
      LS        
               
             
             
             
             
             
  Nous Nicolas-Léopold par la Grâce de Dieu Prince du St-Empire de Salm-Salm, Duc de Hoogstraten, Wildgraf de Dhaun et de  
             
  Kirbourg, Rhingraf de Stein, Souverain Recralien d'Anholt et de Fenétrange en partie R, a, Chevalier de la Toison d'or,  
             
  Conseiller Intime actuel et Général d'artillerie de Leurs Majestés Impériales et Royales d'Hongrie et de Bohëme, Général Major    
             
  des Troupes du Loüable Cercle du Haut Rhin, Colonel Propriétaire d'un Régiment Impérial et Royal d'Infanterie, et Gouverneur    
             
  de la Citadelle d'Anvers et des forts en dépendans etc. etc.  
         
  Scavoir faisons et confessons qu'ayant été faite, conclüe et arretée à Paris, le vingt-un Décembre de l'année passée, une  
         
  Convention d'un nouveau Partage de la Terre de Salm et Baronnie de Fenétrange, par Monsieur le Duc de Belleisle Pair et  
         
  Maréchal de France, Prince du St-Empire, Chevalier des Ordres de sa Majesté très Chrétienne et de la Toison d'Or, Gouverneur  
         
  et Commandant de la Province des Evêchés de Metz, Toul et Verdun, et le sieur abbé Rome Chanoine de l'Eglise de St-Pierre  
         
  de Lille, autorisés à cet effet de Leurs Majestés les Roys de France et de Pologne Duc de Lorraine et de Bar, d'une part, et le  
         
  Prince Louis de Salm-Salm Comte d'Immerselle et de Bockhoven Abbé Commendataire de Boheries et de Beaupré notre cher  
         
  fils, et le sieur abbé Jean Thelosen notre Conseiller, par nous autorisés d'autre part, laquelle Convention a été ensuite ratifiée    
         
  par leurs dittes Majestés et par nous, et les Ratifications ayant été échangées, il convient de procéder à l'Exécution de la dite    
         
  Convention, nous confiant entièrement en la Capacité, Expérience, Zèle et Fidélité pour notre service, du dit sieur abbé Jean  
         
  Thelosen nôtre Conseiller, lui avons donné et donnons par les présentes plein pouvoir Commission et Mandement spécial,  
         
  pour en notre nom procéder avec le Commissaire de Leurs Majestés très Chrétienne et Polonoise, pareillement munis de leurs    
         
  pleins pouvoirs en bonne forme procéder à l'Exécution de la dite Convention, de faire planter conjointement avec le dit  
         
  Commissaire les Bornes Séparatives et de régler les Limites entre la France et la Lorraine et Notre Principauté de Salm, de  
         
  terminer à l'amiable avec le dit Commissaire, les difficultés qui pouroient se rencontrer par le rapport au dit Abornement et  
         
  autres quelconques de signer les Procès verbaux qui seront dressés; de faire remettre à celui ou à ceux qui seront munis de    
         
  pleins pouvoirs de Leurs Majestés très Chrétienne et Polonoise à cet effet, tous les Titres, Papiers et Documens qui regardent    
         
  les parts et portions que nous avons cédés par la dite Convention à leurs dites Majestés dans la Terre de Salm et Baronnie  
         
  de Fenétrange et de recevoir tous les Titres Papiers et Documents qui regardent les parts et portions à nous cédées par leurs    
         
  dites Majestés, pour être par lui déposés respectivement dans nos Archives et au Greffe et Tabellionnage de notre Principauté    
         
  de Salm, selon qu'il le trouvera convenir et que la nature d'iceux le demandera, et de faire tout ce qui sera trouvé nécessaire  
         
  ou utile pour l'Exécution entière du dit nouveau partage au désir de la Convention susdite, voulant qu'il agisse en cette  
         
  occasion avec la même autorité que nous ferions ou pourions faire, si nous y étions présens en personne, encore qu'il y ait  
         
  quelque chose qui requit un Mandement plus Special que ce qui est contenû en ces dites présentes, et qu'en cas d'absence,  
         
  par maladie ou par quelqu'autre cause légitime, il ait le pouvoir de Substituer et de Commettre à sa place une autre personne  
         
  capable. Promettant d'agréer tout ce que le dit sieur abbé Thelosen, ou celui qu'il aura commis et substitué, fera à cette  
         
  occasion. En Foy de quoy nous avons aux présentés signé es de nôtre main, fait apposer le Cachet de nos Armes.    
         
  FAIT à Vienne en Autriche le quinze Décembre mil sept cent cinquante-deux.  
         
         
 
      Signé: N.-L. PRINCE DE SALM SALM.    
               
               
               
               
               
             
  Commissaire les Bornes Séparatives et de régler les Limites entre la France et la Lorraine et Notre Principauté de Salm, de  
             
  terminer à l'amiable avec le dit Commissaire, les difficultés qui pouroient se rencontrer par le rapport au dit Abornement et  
             
  autres quelconques de signer les Procès verbaux qui seront dressés, de faire remettre à celui ou à ceux qui seront munis de    
             
  pleins pouvoirs de Leurs Majestés très Chrétienne et Polonoise à cet effet, tous les Titres, Papiers et Documens qui regardent    
             
  les parts et portions que nous avons cédés par la dite Convention à leurs dites Majestés dans la Terre de Salm et Baronnie de    
             
  Fenétrange et de recevoir tous les Titres Papiers et Documents qui regardent les parts et portions à nous cédées par leurs  
             
  dites Majestés, pour être par lui déposés respectivement dans nos Archives et au Greffe et Tabellionnage de notre Principauté    
             
  de Salm, selon qu'il le trouvera convenir et que la nature d'iceux le demandera, et de faire tout ce qui sera trouvé nécessaire  
             
  ou utile pour l'Exécution entière du dit nouveau partage au désir de la Convention susdite, voulant qu'il agisse en cette  
             
  occasion avec la même autorité que nous ferions ou pourions faire, si nous y étions présens en personne, encore qu'il y ait  
             
  quelque chose qui requit un Mandement plus Special que ce qui est contenû en ces dites présentes, et qu'en cas d'absence,  
             
  par maladie ou par quelqu'autre cause légitime, il ait le pouvoir de Substituer et de Commettre à sa place une autre personne  
             
  capable. Promettant d'agréer tout ce que le dit sieur abbé Thelosen, ou celui qu'il aura commis et substitué, fera à cette  
             
  occasion. EN Foy de quoy nous avons aux présentés signé es de nôtre main, fait apposer le Cachet de nos Armes.    
             
  FAIT à Vienne en Autriche le quinze Décembre mil sept cent cinquante-deux.  
             
             
 
      Signé: N.-L. PRINCE DE SALM SALM.    
               
      Pour copie J. THELOSEN.    
           
           
           
         
         
          modifié le 26/9/2016