Bataille de Bulgneville  
       
        livrée le 2 Juillet 1431  
       
     
                    Jean III  8° Comte de Salm meurt  
         
           à la bataille de Bulgnéville    
 
       localisation de Bulgneville  
     
 
  Avant propos  
 
 
 
              Dans les premières années du XVème siècle, Jean, comte de Salm, se trouve mêlé à un grave conflit,  suscité par la  
    politique de Louis duc d'Orléans, frère du roi Charles VI, se manifestant par l'achat du duché de Luxembourg. Le 2 janvier 1406,  
    un traité d'alliance ayant été conclu entre l'évêque de Metz, la ville de Metz et Charles II duc de Lorraine, contre Philippe de Nassau  
    Sarrebruck, Jean comte de Salm, Ferry de Moers et Gérard de Boulay, ceux-ci y répondirent en se liguant, avec le duc d'Orléans,  
    contre la cité messine, par un acte connu sous le nom de Traité des quatre seigneurs, du 13 février 1406. Ils s'engageaient à mettre  
    sur pied, à leurs frais, 150 hommes d'armes, 50 hommes de trait et une somme de 6 000 francs. Le duc de Bar entra le même jour  
    dans la ligue, s'engageant à fournir 50 hommes d'armes. Toutes les conquêtes, fut-il stipulé, devaient être partagées en trois parts :  
    l'une au duc d'Orléans, la seconde au duc de Bar et au marquis du Pont, et la troisième aux quatre seigneurs alliés.        
             
                 Cette bataille éclatera à la suite du décès, le 25 janvier 1431, de Charles II de Lorraine léguant à son gendre René  
    d'Anjou le duché de Lorraine. Car le Comte Antoine de Vaudemont conteste la succession qui ne peut se faire que par un héritier            Jean III de Salm    
    mâle, alors que René 1er de Lorraine n'est que l'époux d'Isabelle princesse de Lorraine.      
    Les vassaux du Comté confirmant René1er, et après maintes conciliations, provocations et arbitrages, Antoine et René entrèrent en conflit.  
               
             Blasons de certains des combattants de l'armée de René 1er de Lorraine  
     
 
 
     
     
     
         
     
     
     
     
  Déroulement  
     
       
               Tandis que, l'armée bourguignone, moins forte et fatiguée, retourne sur la
 
 
     Bourgogne, les troupes ducales de René d'Anjou sont sur le point de les rejoindre à  
     Bulgneville. Antoine de Toulongeon, maréchal de Bourgogne, installe ses troupes au  
     sommet d'une butte entre le village de Vaudoncourt et l'Etang      
       
     Après deux heures de face à face dans la plaine, le combat s’engagea subitement  
     vers dix ou onze heures du matin. La ligne de bataille des Barrois s’ébranla vers    
     les Bourguignons. Le Maréchal de Toulongeon ordonna aux canonniers de Jean    
     Maréchal et à ses hommes d’ouvrir le feu. Les tirs de couleuvrines, ribaudequins    
     et de veuglaires (divers types de canons) eurent un effet psychologique dévastateur.  
       
     Ensuite, les archers picards commencèrent un tir nourri contre les troupes de René  
     d’Anjou qui accusèrent immédiatement le coup. Mais les Lorrains avancèrent quand  
     même vers les lignes ennemis. Le seigneur de Barbazan, accompagné de l’avant-  
     garde droite, se porta au devant de l’aile gauche bourguignonne pour tenter d'enfoncer  
     les lignes ennemis. Malgré sa bravoure, il trouva la mort. Sa bannière fut mise à bas,  
     ce qui provoqua la confusion dans les rangs lorrains    
       
     Pendant ce temps, René d’Anjou et ses hommes furent malmenés par les archers anglais et picards. Désorganisés, les Lorrains ne purent résister à l’avancée  
     des hommes d’armes du maréchal de Toulongeon. Le combat tourna ensuite au carnage. Membres et têtes furent sectionnées, le sang coulait alors à flot et les  
     cadavres commençaient à s’amonceler dans la plaine. La tactique bourguignonne semblait prendre le pas sur celle des Lorrains.    
       
     L’aide, tant espérée, de l’aile gauche du damoiseau de Commercy, de Wisse de Conflans, de Robert de Baudricourt et de Jean d'Haussonville n'arriva jamais.  
     Ces derniers préférèrent abandonner le champ de bataille tant qu’il était encore temps. Sentant la victoire à portée de main, le comte de Vaudémont pourchassa  
     les Lorrains qui reculaient toujours devant la puissance de feu des archers et des arbalétriers Bourguignons. Vers midi, l’armée du duc de Lorraine était en pleine  
     déconfiture, René et ses principaux chevaliers continuèrent cependant à lutter, mais bientôt couverts de blessures, ils durent s'incliner vers 13 heures. Un écuyer  
     du Hainaut, Martin Frinart, s'empara du duc de Lorraine et de Bar, blessé au visage, et l'amena manu militari auprès de son maître, le comte de Vaudémont.  
       
     Le 6 juillet 1431, soit six jours après le combat, les Bourguignons estimèrent que le camp adverse avait perdu entre 3 à 4 000 hommes, qu’ils soient prisonniers ou  
     morts. Selon les sources de l'époque, les Lorrains déplorèrent entre 1 500 (dixit le héraut Berry) et 2 500 morts (selon le chroniqueur Enguerrand de Monstrelet)  
       
     
     
File:Vigiles de Charles VII, fol. 77v, Bataille de Bulgnéville (1431).jpg
 
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
       
        Bataille de Bulgnéville le 2 Juillet 1431  
     
     
              Mais au lieu des conquêtes prévues, ce fut, au premier choc contre les troupes du duc de Lorraine, près de Champigneulles, une défaite complète qui  
    attendait les alliés. Philippe de Nassau, Frédéric de Sarrewerden et Jean, comte de Salm, furent faits prisonniers et internés à Nancy. Le duc de Lorraine et ses  
    partisans, parmi lesquels Henri IV de Blâmont, en profitèrent pour ravager les territoires des vaincus.    
         
              Les prisonniers obtinrent leur liberté en 1407, chaque comte payant pour lui et ses gens 60 000 écus. La paix fut conclue le 25 juillet 1408.    
     
              Nous ne serons donc pas surpris de trouver, à cette époque, le quart des châteaux et châtelleries de Salm, Pierre-Percée et Badonviller en la  
    possession de Philippe de Norroy, seigneur de Port-sur-Seille, qui les tenait en gage du comte de Salm. Ce quart fut acheté en 1416 par henri IV de Blâmont  
    moyennant 900 vieux florins. En mariant l'année suivante sa fille Henriette à Bernard, comte de Thierstein, avec une dot de 4 000 florins, il assigna 2 000 florins  
    sur la partie des châtelleries de Salm, Pierre-Percée et Badonviller qu'il tenait ainsi en gage.    
         
              Après la mort d'Henriette de Blâmont survenue avant 1434, l'engaggement qui formait une partie de sa dot, fut racheté au comte de Thierstein par sa  
    belle-sœur Marguerite de Lorraine, veuve de Thibaut I de Blâmont, qui en 1438 acheta à Badonviller pour 240 florins une maison, que son cousin Simon, comte de  
    Salm, déchargea de l'hommage qui lui était dû.    
     
              Par son testament daté du 6 avril 1469, Marguerite de Lorraine déclare donner à son fils Olry tous les biens meubles qu'elle avait à Deneuvre et à  
    " Bauldonviller " en quelque manière que ce soit, en or, en argent monnayé ou non monnayé, ou autrement. Elle donne encore à son puiné, Olry, avant tout partage,  
    les gages qu'elle a sur tout le comté de Salm, ainsi que les acquisitions faites par elle à " Bauldonviller " et les bans voisins.    
     
              A cette époque, Jean III, qui fut tué en 1431 aux côtés du duc René à la célèbre bataille de Bulgnéville, la maison de Salm-en-Vosge se divisa de  
    nouveau en deux branches : celle de Jean VI et celle de Simon II, son frère. Ce dernier, à sa mort en 1471, n'ayant laissé qu'une fille, Jeannette de Salm,  
    mariée en 1469 à Jean V Rhingraf ou comte du Rhin, sa moitié du comté de Salm passa à la branche des Rhingrafs de Dhaun et de Kyrbourg, dont ledit  
    Jean V fut ainsi la tige.    
     
 
 
 
   
   
   
   
   
   
   
  Seul vestige de la bataille de Bulgneville  
  cette stèle située sur le pont Barbazan à  
  proximité de Bulgneville, rend hommage  
  au courage des belligérants    
   
   
   
   
 
 
 
 
  retour à la page d'accueil de l'Atelier de Jack  
 
         
         
 
  mise à jour du 1/04/2017