localisation de la chapelle dans Nancy            
           
           
Résultat de recherche d'images pour "CHAPELLE DES CORDELIERS A NANCY"
 
           
           
       
       
       
       
           
       Rosace représentant les armoiries des    
           ducs de Lorraine de 1538 à 1737    
   
   
   
   
 
Église et Couvent des CORdeLIERS_Nancy © <a
							 href="javascript:openContact('http://www.flickr.com/photos/michellefouineur/');" style="text-decoration: none; color: white;">michellefouineur
							 &nbsp- Voir la galerie du photographe</a>
   
 
TOMBEAU HENRI Ier carte  Musée Lorrain compactée
   
     
     
     
     
     
     
     
     
       
  Chœur gothique de l'Abbaye bénédictine de Bonmoutier      
  transformé en église paroissiale de grès rose en 1580          La chapelle et le couvent des Cordeliers    
  nécropole d'Henri 1er de Salm et de Cunégonde de Dabo    
  Depuis 1854, le magnifique gisant est exposé dans la    
  chapelle des Cordeliers au Musée Lorrain de Nancy    
   
   
   
   
eglise des cordeliers-stalles (2)
eglise des cordeliers-stalles eglise des cordeliers-stalles (1)
eglise des cordeliers-stalles (4) eglise des cordeliers-stalles (3)
eglise des cordeliers-stalles (5)
 
   
   
   
       
       
       
       
       
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
  Les stalles provenants de l'Abbaye de Salival (voir la page consacrée à cette abbaye intitulée : " Histoire de l'Abbaye de Salival " ont été transférées  
       
  dans la chapelle des Cordeliers au XIX° siècle alors que les moines avaient abandonné l'Abbaye des Prémontrés pour une autre destination.  
     
     
      ---oooOooo---  
     
     
     
     
     
Colline de Sion-Vaudémont , suite et fin
 
 
  La belle et errante Sissi est passée par Nancy. On  
     
  sait même qu’elle est allée sur la colline de Sion, autre  
     
  lieu inspiré, cher au souvenir des Lorraine-Habsbourg.  
   
 
 
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
  La basilique de Sion devant l'esplanade qui accueille  
  nombre de fidèles lors des cérémonies religieuses.  
  Elle sera appelée la "colline inspirée" par Maurice  
  Barrès et dont le titre de son livre qui débute par " il  
  est des lieux où souffle l'esprit " montre un équilibre  
  entre ordre et liberté.      
     
 
 
   
           Une tradition séculaire veut que, lorsqu’un Habsbourg revient en Lorraine, il fasse une étape  
         
      à la Chapelle des Cordeliers, « sanctuaire de l’identité lorraine » , selon l’expression de l’historien  
     
Résultat de recherche d'images pour "marie antoinette"
 
      messin Jean François Thull. La famille a même le privilège d’aller dans la crypte, lieu très secret  
         
      et très privé.  
             
           Marie-Antoinette, elle-même, qui n’était pas encore reine de France, mais fille de la puissante  
             
      impératrice Marie-Thérèse d’Autriche et de François III duc de Lorraine, est venue, elle aussi,  
             
      déposer des fleurs aux Cordeliers. La jeune Autrichienne était sur la route qui la conduisait à Paris,  
             
      vers son destin.    
         
         
         
         
     
  LE 10 MAI 1951, EN LA CHAPELLE DES CORDELIERS, L'ARCHIDUC    
  OTTO DE HABSBOURG EPOUSE LA PRINCESSE REGINA DE SAXE    
         
       C’est dans cette église des Cordeliers qu’avait été célébré, en mai 1951, le fastueux mariage d’Otto et Régina.  
     
  Elle avait déposé une corbeille de fleurs au pied de l’autel. La ville était décorée aux couleurs des drapeaux  
         
  lorrains, français et autrichiens. Dans les rues, on jouait des valses. Le cortège nuptial comprenait des chevaliers  
     
  de la Toison d’or, vingt et un archiducs, dix-sept princes et princesses, selon les chroniqueurs.  
     
 
 
   
     
     
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
              Réunis dans l'église des Cordeliers à Nancy. À gauche, la princesse Zita de Bourbon-Parme (1892-1989),  
              mère du marié et dernière impératrice d'Autriche, en exil. À droite, le cortège princier devant ce qui fut, à  
              Nancy, le palais des ducs de Lorraine, construit et habité pendant des siècles par les ancêtres du marié .  
              (Photos © Est Réublicain )  
 
 
 
 
       Cette tradition sera respectée par la jeune Adelaïde qui, en fin de matinée, du 28 décembre 2012, juste avant la cérémonie de mariage,  
     
  ira se recueillir dans la crypte et y déposer un bouquet. « C’est un temps de vénération et de prière sur la tombe des ancêtres de la famille.  
     
       Ce jeune couple s’inscrit vraiment dans les pas de ses ancêtres, et pour les Lorrains, c’est très touchant » , explique Denis Schaming.  
     
     
     
      retour à la page d'accueil de l'Atelier de Jack  
     
     
  modifié le 23/1/2017