http://mortagne88.fr/histoire/spv4_1879_episode_principaute_salm(senonnes).pdf  
     
    LE DERNIER PRINCE REGNANT DE LA PRINCIPAUTE DE SALM  
    CONSTANTIN ALEXANDRE DE SALM SALM    
       
   
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
       
     
 
  Constantin Alexandre, né le 22 novembre 1762, fils de feu Maximilien-François-Ernest, duc d'Hoogstraten, major général du    
     
  cercle du Haut-Rhin, chambellan de l'Empereur et de Marie-Eléonore, princesse de Hesse Rhinfeld, hérita de la principauté de    
     
  Salm-Salm, à la mort de son oncle Louis-Charles-Otton, décédé le 29 juillet 1778 -- Il fut enterré à Senones ainsi que sa veuve née    
     
  comtesse d'Horion, morte le 9 mai 1800.-- Comme il n'était pas en âge de régner, il fut placé sous la tutelle de sa mère et de son    
     
  oncle Guillaume-Florentin, évêque de Tournai, chanoine de  
 
les oncles de Constantin Alexandre    
         
  Strasbourg, etc        
           
   …. qui devint plus tard archevêque de Prague. Son hôtel était à    
     
  Strasbourg, rue des Prêtres. On voit au Musée lorrain à Nancy,    
           
  son portrait ainsi que celui de frère le prince Louis-Charles-Otton    
   
 
       
         
      Louis Charles Othon de    Guillaume Florentin  
  Vers la fin de sa minorité et au moment de se marier, il crut devoir   Salm Salm        Archevêque de Prague  
     
  adresser à ses sujets le manifeste suivant qui montre une grande affection pour ses parents et en même temps un vif désir    
     
  de faire sortir son illustre maison de la situation financière très embarrassée dans laquelle elle se trouvait.    
     
       
 
  " NOUS, CONSTANTIN-ALEXANDRE, par la grâce de Dieu, Prince du Saint-Empire, de Salm-Salm, Wildgraff de Dhaun et    
     
  Kyrbourg, Rheingraff de Stein, duc d'Hoogstraten, Souverain seigneur d'Anholt."    
     
  " Nous, étant déterminé avec le consentement de notre très chère et honorée Mère et très cher et honoré Oncle comme Tutrice    
     
  et Tuteur à Nous dénommés par Sa Majesté impériale, de nous unir par des liens indissolubles à la Princesse Victoire Félicité    
     
  de Loewenstein, et de conclure ce mariage le plutôt possible, mais instruit en même temps par notre susdite tutelle de la    
     
  situation pénible et critique dans laquelle se trouve notre maison tant par la succession allodiale de feu notre prédecesseur    
     
  et cher oncle le prince Otto-Charles-Louis de Salm-Salm, quoique nous nous en soyons chargé que sous bénéfice d'inventaire    
     
  à cause des dettes et charges immenses dont elle était affectée, que l'arrangement avantageux en lui-même, mais très    
     
  dispendieux fait avec la maison de Ligne, et qu'il est, par conséquent, indispensable pour la dignité et le lustre de notre    
     
  maison que les dites dettes soient payées conformément aux plans faits et à faire par notre Tutelle pour leur paiement et    
     
  qu'en attendant, nous bornions nos propres dépenses autant qu'il est possible, à quoi nous sommes d'autant plus disposé    
     
  par nous-même que nous sommes pénétré des vues et mesures prises à cet égard, nous déclarons sur notre parole    
     
  d'honneur et de prince, qui tient lieu de serment chez les personnes de mon rang,"    
     
  " 1° Que notre intention est de résider et de demeurer avec la princesse notre future épouse, chez notre très chère et très    
     
  honorée mère et de n'avoir d'autre table que la sienne avec son agrément et en fixant elle-même, le dédommagement que    
     
  nous lui devons à cet égard et cela jusqu'à parfait et entier paiement des dettes dont notre maison est chargée."    
     
  " 2° Que jusqu'à cette époque, nous nous contentons d'une somme de seize mille florins de Brabant annuellement pour    
     
  notre entretien, celui de la Princesse notre future épouse et des personnes nécessaires à notre service; laquelle somme,    
     
  nous ne voulons d'aucune façon, outrepasser, à l'exception néanmoins qu'ayant atteint l'âge de la majorité, la dite somme    
     
  sera augmentée annuellement à proportion de la diminution des intérêts des dettes qu'on paiera."    
     
  " 3° Que jnous prions notre très chère et très honorée mère et notre très cher et très honoré oncle, de vouloir bien continuer    
     
  avec nous, après notre majorité, l'administration de nos finances et revenus, jusqu'à l'extinction totale des dettes, promettant    
     
  de ne jamais nous mêler, ni de mettre des entraves à leur administration jusqu'à cette époque."    
     
  " 4° Et enfin que l'exécution de ce que dessus soit d'autant plus certaine, nous supplions Sa Majesté impériale, comme notre    
     
  tuteur suprême de ratifier et confirmer notre présente déclaration et d'administration par nous-même choisie de nos finances    
     
  et revenus jusqu'au parfait et entier paiement des dettes de notre maison, d'en maintenir par sa suprême autorité l'exécution    
     
  comme d'une loi que nous nous sommes imposé nous-même."    
     
  " En foi de quoi, nous avons signé la présente déclaration et y fait apposer le sceau de nos armes. "    
     
  " A Erstein, près Strasbourg, le 22 Octobre 1781."    
 
    Signé : CONSTANTIN ALEXANDRE.    
     
    Témoins : Comte de Pascalis, J. Haumbourg, Charles-Adam Embden.    
     
     
  Registré au Greffe du Grand bailliage de la principauté de Salm, par le Greffier en chef soussigné,    
     
  le 16 décembre 1782.  
     
    Signé : Roy.  
     
  Collationné.    
     
    Signé : Roy."  
 
 
  Mais dès que le prince est marié, -- il était alors capitaine au régiment d'infanterie de Salm Salm, allemand, au service de la France,    
     
  dont son oncle, le prince Emmanuel, était colonel propriétaire. Ce régiment levé presqu'entièrement dans les états du prince, était en      
     
  1790 en garnison à Metz. En 1792, il portait le N° 62 et était à Wissembourg -- il se déclare hors de tutelle, sans observer les us    
     
  et coutumes du Saint Empire romain. A la confiance la plus absolue envers son conseil de régence, succède la plus injuste    
     
  méfiance. On s'en convaincra en lisant les deux lettres ci-dessous, suivies d'un mandement très comminatoire de Joseph II.    
     
  "L'élu empereur romain" y casse tout ce que le pseudo-émancipé venait d'édicter et menace même de mort ses adhérents.    
     
  " CONSTANTIN-ALEXANDRE, par la grâce de Dieu, prince régnant de Salm Salm et du Saint Empire romain, etc."    
     
  " A notre armée et féal, le sieur Messier, receveur général de nos finances, Salut."    
     
  " Etant dans le cas de nous absenter pour quelques temps et voulant pourvoir aux besoins que pourrait avoir la princesse    
     
  notre très chère et honorée épouse, nous vous mandons de lui délivrer sur nos finances, les deniers dont elle aura besoin,    
     
  desquels il vous sera fait état en dépense en nos comptes en représentant les présentes et ses quittances."    
     
  " En foi de quoi, Nous avons aux présentes, signées de notre main et contresignées par notre conseiller intime, fait apposer    
     
  le cachet ordinaire de nos armes."  
     
  " Donné en notre ville et résidence de Senones, le trente juillet 1783."    
     
        Signé : CONSTANTIN, prince régnant de Salm Salm    
         
      Par Son Altesse sérénissime.  
         
        Signé : Blaux.  
     
     
     
  " CONSTANTIN-ALEXANDRE, par la grâce de Dieu, prince régnant de Salm Salm et du Saint Empire romain, duc    
     
  d'Hoogstraten, Souverain régnant d'Anholt, etc., etc."  
     
  " N'ayant encore aucune connaissance de l'état de nos affaires parce que le compte de l'administration faite de nos affaires    
     
  pendant notre minorité ne nous a pas encore été rendu et étant intéressant pour nous qu'il ne soit rien distrait de nos finances    
     
  pour l'acquit d'aucune dette ou charge ci-devant, imposé sur elles-même avant que nous soyons instruit de leur légitimité,    
     
  faisons défense au sieur Messier, Receveur général, de faire aucun paiement, sur nos finances d'aucune dette et charge sans    
     
  notre exprès commandement et par notre écrit, à peine de radiation de cette dépense dans ses comptes et d'encourir notre    
     
  indignation."  
     
  "Mandons au sieur Blaux, notre conseiller intime d'intimer les présentes défenses au dit sieur Messier. En foi de quoi, nous    
     
  avons signé les présentes, y avons fait apposer le cachet de nos armes, et contresigner par ledit sieur Blaux."    
     
      " Donné à Senones, le 6 juin 1783."  
         
        Signé : Le prince régnant de Salm Salm    
         
         
      Par Son Altesse sérénissime.  
         
        Signé : Blaux.  
         
      Pour duplicata délivré par nous au sieur Messier à Senones le sept juin 1783.    
         
        Signé : Blaux.  
         
     
  " NOUS, JOSEPH SECOND, PAR LA GRACE DE DIEU, ELU EMPEREUR ROMAIN, toujours Auguste, roi en Germanie, de    
     
  Jérusalem, d'Hongrie, Bohéme, Dalmatie, Croatie, Sclavonie, Galicie, Lodomerie, archiduc d'Autriche, duc de Bourgogne    
     
  et de Lorraine, grand duc de Toscane, grand prince de Transilvanie, duc de Milan, Mantoue, Parme, comte princier    
     
  d'Habsbourg, de Flandre et de Tirol, etc."    
     
  " SAVOIR, faisons à tous conseillers, employés, serviteurs, et sujets des terres princières de Salm Salm, que nous étant vu    
     
  justement déterminé aujourd'hui, en notre qualité de suprême tuteur, de casser, d'annuler, déclarer invalable et supprimer    
     
  non seulement la prétendue déclaration de majorité, que le prince mineur Constantin-Alexandre s'est porté à faire annoncer    
     
  de son chef par des patentes imprimées et publiées dans les terres princière de l'Empire; mais aussi la Régence qu'il s'est    
     
  arrogée sous ce frivole prétexte, avec tout ce qui a été entrepris par ledit prince, en cette qualité, jusqu'ici incompétente, ou    
     
  par les conseillers et employés par lui, aussi incompétement pourvus de quelque façon que ce soit."    
     
  " Nous notifions ceci à vous, conseillers, employés, serviteurs et sujets des terres princières d'Empire de Salm Salm, pour    
     
  vous y conformer, avec obéissance et avec nos ordres positifs impériaux et suprêmes tutélaires et pour ce présent et jusqu'à    
     
  ce que le dit prince Constantin-Alexandre aura atteint l'âge de majorité fixé par les lois de l'Empire, reconnaître la tutelle par    
     
  nous établie dans la personne de la mère dudit prince et de l'évêque de Tournay pour seule et légitime régence et    
     
  administration et en conséquence de vous rendre et obéir d'autant plus àses ordonnances, mandements et ordres et aux    
     
  conseillers, intendants et employés sans exception qu'elle a pourvu d'office : Qu'en cas contraire, Nous nous verrons    
     
  oblgé de faire procéder sans délai contre les transgresseurs de nos présents ordres impériaux et royaux par les voies les    
     
  plus rigoureuses et même selon l'état des choses par punition corporelle et de mort, à quoi, vous tous et chacun en    
     
  particulier avez à obtempérer et à vous préserver de punition."    
     
  "Donné à Vienne, le 25 juillet 1783, de nos royaumes, le 20° de l'empire et le 3° d'Hongrie et de Bohême."    
     
    Signé :Joseph (L. S.)  
     
  R. Prince de Colloredo.    
  Par ordre de Sa Majesté impériale.  
     
    Signé :Jean Pierre Schoengen  
 
  Ce placard imprimé en allemand et en français a dû être affiché dans les villages de la principauté.    
     
     
     
  Qu'arriva-t-il après tout ce bruit ? Constantin Alexandre fut remis sous la surveillance de ses agnats. Puis lorsque le    
     
  " suprême tuteur " voulut bien le permettre, on lui rendit ses comptes, il fut déclaré apte à régner; et cette formalité    
     
  remplie, il eut la faculté de se ruiner, ce qu'il ne fit heureusement pas.    
     
  Il suivit toujours la politique traditionnelle de sa famille à l'égard des moines de l'abbaye de Senones. Il lutta sans cesse    
     
  contre eux jusqu'à leur dispersion. Adoptant avec empressement les idées réformatrices de l'Assemblée nationale, il leur    
     
  fit signifier le mercredi 24 février 1790 qu'ils eussent à sortir de leur maison, parce qu'il ne voulait plus conserver que six    
     
  religieux dont un curé, deux vicaires et trois régents pour les humanités et l'abbé Dom Lombard ; puis qu'ils eussent à se    
     
  pourvoir pour se procurer des pensions alimentaires sur les biens de l'abbaye situés en France et en Lorraine.    
     
  Tous les supérieurs et religieux réunis capitulairement signèrent le 1er mars une protestation contre ce décret, " contre les résolutions    
     
  qu'il renferme, les ordres rigoureux qu'il donne et les choses extraordinaires qu'on y exige de la communauté ". Puis, ne se doutant pas    
     
  du coup qui allait le frapper, le Chapitre ajoute " qu'il en portera appel à la Chambre de Wezlar, tribunal suprême, selon l'avis qui lui est    
     
  donné par le conseil supérieur de Nancy ". La protestation est signée par 18 religieux. Le 1er décembre suivant, 20 membres présents    
     
  délibéraient sur une affaire bien plus grave : c'était sur la suppression des communautés religieuses prononcée par l'Assemblée nationale. --  
     
       
     
  Aussitôt des gardes furent posés aux Archives, à la Bibliothèque et à toutes les issues, et le Père Procureur eut ordre de    
     
  donner un état juste et exact des livres de la Bibliothèque et de tous les revenus de la mense conventuelle.    
     
  Mais peu de temps après, le prince était obligé de quitter en toute hâte son palais de Senones, abandonnant sa galerie    
     
  de tableaux, sa bibliothèque et ses archives. Voici à quelle occasion arriva ce brusque départ. Jusqu'alors il n'avait pas    
     
  fait grande attention aux prévôts, lieutenants et députés des villages de ses états, mais les événements de 1789 firent    
     
  sentir à ceux-ci leur force. Ils se réunirent le 25 mars 1790, à Senones, malgré la Cour, et après avoir parlé des    
     
  principaux faits dont la France venait d'être le théâtre, les députés rédigèrent " leurs réclamations et prières générales ",    
     
  souvent injustes, mais destinées " à concourir à la réformation des abus introduits et grossis dans l'administration ".    
     
   tout en protestant du désir de " rassurer et de désabuser l'auguste souverain ", s'être élevé contre les bruits enfantés    
     
  par la méchanceté et la frénésie, le cahier des doléances du tiers-état du pays de Salm fut rédigé d'une manière si hardie,    
     
  que le prince et sa famille crurent prudent de quitter Senones et nous lisons quelque part, ajoute M. Meaume, qu'ils eurent    
     
   à craindre pour leur vie ".    
     
  Le but non avoué de l'Assemblée était le désir d'être réuni à la France. Constantin Alexandre ne se trompa pas là-dessus;    
     
  il répondit le 28 aux griefs de ses sujets; fit voir la fausseté de leurs réclamations en matière de droits forestiers, et entrant    
     
  dans le vif de la question, il blâma la forme nouvelle et inusitée que les députés des communautés avaient donnée à leur    
     
  assemblée dans un pays qui n'a pas d'états reconnus, le ton décisif et présomptueux qui régnait dans leurs délibérations et    
     
  l'oubli affecté des rapports qui existent entre la principauté et le corps germanique. Protestation stérile ! L'autorité princière    
     
  était anéantie pour toujours. Cela n'empêcha pas le prince Constantin de se rendre à Spa, le 1er septembre 1791, une    
     
  " Instruction sur la forme de procéder dans les prévôtés de la principauté de Salm Salm ".    
     
  La République française prit possession du val de Senones, par décret du 21 mars 1793.-- Les religieux étaient encore dans    
     
  leur abbaye le 30 septembre 1792, car ce jour là, ils échangèrent deux pièces de terre situées entre les champs du couvent et ceux    
     
  de la municipalité de Senones. C'est le dernier acte du registre capitulaire, et il est signé par neuf religieux.    
     
  Le traité de Lunéville confirma l'annexion, et la diète de Ratisbonne donna plus tard au prince Constantin-Alexandre    
     
  quelques faibles dédommagements sur la rive droite du Rhin.  
 
     
     
  Le 12 juillet 1806, il fut déclaré par Napoléon un des membres de la Confédération germanique.    
     
  Constantin-Alexandre reparut en 1815 à Paris. Ses dernières années furent attristées par d'injustes froissements. Après    
     
  six ans de séjour à Strasbourg et au moment où il comptait faire suivre à ses derniers enfants les cours du collège royal    
     
  de cette ville, il reçut l'ordre de quitter immédiatement la France, malgré que sa famille y eùt toujours été considérée  comme    
     
  régnicole. Le motif mis en avant par le ministre Corbière pour légitimer cette mesure vexatoire, était le désir ardent exprimé    
     
  par le prince de quitter le catholicisme pour embrasser dans le temple Saint Nicolas le luthéranisme. Fort de sa conscience,    
     
  le vieillard, malgré ses infirmités, quitta la capitale de l'Alsace, en protestant contre une mesure qui récompensait si mal le    
     
  dévouement de toute sa famille envers la maison de Bourbon, et le lendemain de son départ, le 16 mai 1826, il embrassait    
     
  publiquement les nouveaux dogmes chrétiens dans un temple de Stuttgard.    
     
  On a publié sur cette affaire, qui fit grand bruit, une brochure de 71 pages in-8°, intitulée :    
     
  " Précis historique des faits qui ont eu lieu, lors de la Conversion
 
       
             
  de Son Altesse sérénissime, le prince de Salm Salm, de la religion        
         
  catholique au culte chrétien évengélique de la Confession      
         
  d'Augsbourg, le 17 mai 1826, suivi des motifs de ce changement    
         
  de Communion. A Paris, de l'imprimerie de Crapelet, 1826."      
         
  Le prince dans les dernières pages (62 - 71) rédigées de Bade,        
             
  le 18 juillet 1826, déclara approuver tout ce qui avait été          
         
  énoncé dans la brochure.        
         
  Il mourut le 25 février 1828.        
              Constantin Alexandre Joseph    
                    3° & dernier Prince souverain de Salm Salm    
         
  Ce prince avait été marié trois fois :  
     
           1° à la princesse Victoire Félicité de Loewenstheim, décédée le 20 novembre 1786, enterrée à Senones, dont il eut    
     
  Guillaume Florentin Louis Charles, né le 17 mars 1786, marié le 17 mars 1810, à Flaminia, baronne de Rossi,    
     
           2° le 5 février 1788 à Maria comtesse de Sternberg Manderscheid, dont il eut quatre enfants vivants, elle mourut    
     
  le 16 juin 1806,  
     
           3° à Catherine Bender plus tard dite catherine Salm de Loon, née en 1792, décédée le 18 mars 1831. Il eut de cette    
     
  dernière épouse cinq enfants, qui furent longtemps sans figurer dans l'Almanach du gotha. Ils sont actuellement titrés    
     
  comtes de Salm-Hoogstraten. Catherine Bender était de la religion évangélique, et elle crut devoir protester contre le    
     
  changement de religion de son mari. Ne pouvant vaincre sa résistance, elle refusa d'assister à la cérémonie religieuse    
     
  de Stuttgard.  
 
  Constantin-Alexandre, dont l'existence fut si agitée, est l'aïeul du général aide-de-camp, chef de la maison du malheureux    
     
  empereur Maximilien, le prince Félix, dont la veuve existe encore. C'est l'héroïque fille du colonel américain Leclerq, Agnès,    
     
  dame honoraire de l'Ordre de San Carlos, qui réside au château d'Anholt, chez son beau-frère le prince régnant Alfred, et qui    
     
  a laissé sur les derniers moments de l'infortuné frère de l'empereur d'Autriche des mémoires palpitantes d'intérêt.    
     
 
 
 
  A.  BENOIT.  
 
 
  Berthelming (Lorraine), le 1er octobre 1878.