Pierre de Alcantara Comnène
 
 
Afficher l'image d'origine
 
 
 
 
 
 
 
 
    Don Pedro de Alcantara de Toledo y Salm Salm Comnène    
 
       né le 20 Juillet 1768 et décédé le 27 Novembre 1841 à Madrid (Espagne)    
     
                     13° Duc del Infantado  ( 1791 - 1841 )    
         
     9° Duc de Pastrana, d'Estremera et de Cea ( 1791 - 1841 )    
     
  10° Duc de Francavilla   10° Prince de MeIito   9° Prince d'Eboli    
         
                     10° Marquis d'Algecilla et d'autres    
         
   
 
       
       
       
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
       
   
   
     
  Don Pedro Alcantara Álvarez de Toledo y Salm Salm, 13e duc de l'Infantado (1791) par sa grand'mère de la maison de Silva et    
  aussi fils de la princesse Marie Anne Victoire de Salm Salm, était un homme politique espagnol et général.    
     
  Alcántara a tenu les titres suivants : le 13e duc de l'Infantado , 9e duc de Pastrana, 9e duc d'Estremera, 10e duc de Francavilla,    
  plus d'autres. Il était une figure extrêmement riche, puissant et populaire en Espagne en général et dans les milieux judiciaires.    
  Son enfance se passa à Paris dans l'hôtel de famille de la rue d'Enfer et dans celui de la rue Saint-Florentin, qui porta longtemps    
  son nom. Il était «plus instruits que la plupart des grands d'Espagne", après avoir été élevé et scolarisé à Paris.    
     
  Son père, Pedro de Alcantara Alvarez de Toledo et Silva, décède en 1790, il devient, à 22 ans, le chef de la Maison de l'Infantado.     
  Au cours de sa jeunesse, il a montré un intérêt dans des projets industriels tels que les filatures ou la construction de canaux.  
     
  La Révolution chassa sa famille. Lorsque l'Espagne déclare la guerre à la France révolutionnaire en 1793, il lève le régiment    
  d'infanterie Castilla à ses propres frais. Il combatit en Catalogne, dans la guerre du Roussillon, contre les Français à côté d'une    
  division portugaise et comme colonel et commandait une brigade de la 2e division de l'armée de l'Estrémadure.    
     
  Après le traité d'Amiens , il profita de la paix pour établir des filatures de coton en Catalogne à l'aide des experts techniques    
  de l'Angleterre. Il s'intéressait à la science en général et, en 1802, il a ordonné le premier "double chronomètre" de Abraham    
  Louis Breguet, horloger avant tout le monde. Dans les années suivantes, il est devenu très proche du prince Ferdinand,    
  l'héritier du trône d'Espagne. Cela le conduit en conflit avec les faibles roi Charles IV et son ambitieux ministre en chef Godoy.    
  Infantado a été banni de Madrid en 1805. Durant deux ans, le duc eut une vie tranquille jusqu'à l'arrestation de Ferdinand,    
  car dans les papiers, de ce dernier, fut constaté la nomination du duc d'être commandant en chef des forces espagnoles. Jugé    
  et condamné à mort comme un traître, il a été gracié par l'intervention de l'ambassadeur français et le sentiment populaire.    
     
  La révolte de Mars 1808 aboutit à l'abdication du roi, le limogeage de son ministre manipulateur Godoy et l'ascension au trône    
  d'Espagne de Ferdinand VII, avec le duc de l'Infantado, nommé colonel des gardes, à ses côtés. Profitant du chaos, Napoléon    
  "invite" les factions, y compris le duc, à une conférence à Bayonne. Lors de cette réunion d'une nouvelle Constitution a été    
  signée par les députés espagnols réunis qui a donné le trône à Joseph Bonaparte , frère de Napoléon. La seule figure    
  majeure espagnol qui parlait dans l'opposition était le duc de l'Infantado, qui "s'était opposé à toute reconnaissance du    
  monarque étranger». Peu de temps après, le duc appelle la nation aux armes pour résister à la France, pour laquelle il a été    
  condamné comme un traître encore une fois, mais cette fois par Napoléon. A la tête de l'armée espagnole, il a été vaincu par    
  les Français en 1809 à la bataille de Uclés . Son palais à Guadalajara et tous ses biens ont été confisqués par Joseph. Le duc    
  a uni ses forces avec les Britanniques, à ce moment, Sir John Moore . Il a été très hautement considéré par le plénipotentiaire    
  britannique, John Hookham Frere , qui était habitué à l'intelligence tardifs et imprécis de ses alliés: "Had Sir John Moore eu le    
  bonheur de trouver un correspondant si candide que le duc de l'Infantado, une personne qui décrirais les choses comme elles    
  sont, il ne fait aucun doute que les événements et la conclusion de la campagne aurait été très différent ", se référant à la    
  retraite de Moore à la Corogne. Wellington eut beaucoup plus tard une correspondance cordiale avec le duc au cours des    
  derniers stades de la guerre péninsulaire . De manière amusante, mais tout naturellement pour l'époque, la correspondance    
  entre ces alliés pendant la guerre avec la France était en français.    
     
  En 1811, le parlement espagnol Cortes a nommé en tant que président du Conseil de l'Espagne et l'envoya en mission    
  secrète pour le prince régent à Londres, comme Ambassadeur de la Junte. Il est revenu en 1812, devint Membre de la 3ème    
  Régence de Cadix, bien qu'il a été proposé par Wellington à la tête de la 4e armée sous contrôle britannique, ses ennemis à    
  la cour espagnole décident autrement et il a dû se contenter de la tête de son propre régiment. Après la fin de la guerre avec    
  la France en 1814, devint Président du conseil de Castille. Disgracié à la révolution de 1820. Institué par le duc, en 1823 à la    
  présidence de la Régence (que nous appellerions aujourd'hui le premier ministre de l'Espagne ) et a été responsable du    
  retour du roi sur le trône. Peu de temps après, fatigué d'intrigues à la cour et du gouvernement, il se retira dans ses terres    
  du pays et est finalement décédé en 1841.    
     
  Il ne s'est jamais marié, mais a eu un fils et deux filles illégitimes. Son fils, Manuel Alvarez de Toledo Lasparre Salm et Valledor,    
  fiancé à Manuela Lasparre Valledor, né en Guadalajara en 1805, reconnu par son père et légitimé par la Proclamation royale de    
  1825, était le 12° duc de Pastrana, 13° duc de Francavilla et 13° marquis Cenete. Ses autres titres ont été accordés à son neveu    
  Pedro de Alcántara Tellez Girón y Beaufort (1810-1844), qui devint 14° duc de l'Infantado et 11° duc d'Ossuna. Esprit chimérique    
  et caractère sans énergie, ce neveu fut cependant un "personnage" en son temps.    
     
     
 
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
 
  retour à la page d'accueil de l'Atelier de Jack  
  retour à la page d'accueil de l'histoire de Salm  
  modifié le 14/10/2016