Les MINES et FORGES de FRAMONT Les MINES et FORGES de FRAMONT  
 
 
 
 
 
 
 
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
           Dans cette gravure d'époque, on ressent une importante activité industrielle de par les cheminées crachant leur fumée et par le fort débit du cours d'eau.  
 
 
  Les Mines de Framont à Grandfontaine sont situées au pied la montagne du Donon, dans la vallée de la Bruche.      
  L'exploitation du fer apparaît dans les textes en 1261,  dans un contrat qui a été conclu entre l'abbaye de Senones,      
  propriétaire du territoire et le comte de Salm qui avait le droit d'y exploiter le minerai. Ce contrat est reproduit      
  ci-dessous Pendant 700 ans, ces mines furent le plus riche gisement de fer des montagnes vosgiennes. En 1577,      
  les forges se composaient de deux hauts-fourneaux produisant de la fonte, de la tôle et de l'acier. La production  
 
 
  annuelle était déjà de 90 tonnes.      
 
 
     
         
      Grandfontaine-Framont, souvenir de l'exploitation des        
      mines et de l'activité des forges du XIII° au XX° siècles        
         
         
         
         
         
         
         
     
     
     
  Traité du mois de Novembre 1261, entre le Comte et l'Abbaye de Senones :  (orthogaphe du texte de l'époque soit XIII° siècle)  
     " Nos abbes Bauduins de Senones, et nostres couans par dunne part, et jeu Henris Cuens de Salm d'Altre.  
    Faisons conoissant à touz ke nos auons fait pais de ses choises ki ci apres sont escrites an tel meniere ke totes les  
    mines ku trouerai as montanes de Fraide-Plenne et de Forramont, aueront li davant dis abbe et li couans la moutiet  
    et li douant dis Cuens laitré moutiet. Si feront forge communes et lour plus grant plouaige et panront les bois estarpe  
    por sognier as Forges, et por totes les besognes de Forges, et ceu panront il et feront dedens les quatre bans, c'est à  
    dire li bans de Senones et li bans de Ceille, et li bans de Ucipucelle, et li bans de Plenne. Et ne se poront panre mine  
    dedens les quatre bans d'auant nômes fors ka môtanes de Farramont et de Fraide Plenne, et por les Forges faire, et  
    por la mine traire, et por les costanges totes ke li conuanrai en totes menieres materai li dauant dis abbes, et li  
    couans la moutiet, et li dauant dis Cuens de Sames laltre. Et panrac chacuns la moutiet de tos les prouages. Et se  
    ne puent des mines hoster ne matre an nul lou p. quoi les Forges communes d'auant dites an aient besong. Et se li  
    auoit pont de la mine ku ne coueg'ne por les Forges communes dedens les quatre bans celle mine doient ir partir  
    et an aucrac chacun la moutiet, et fèroit chacuns de sa part sa uolontei lors ke tant ke ceille mine ptie ne puent il  
    forger dedens les quatre bans se par commun consent no , et doit condure li d'auant dis Cuens ansi bien la ptie  
    l'abbé et te couant comme la suc, et les Forges kil feront dedans les quatre bans d'auant nomez rie porront il maire   
    dedans le uau de Senones tant com il trouueront alors ceu ke mesiiers lor serait por lours prouages faire, et cil ki  
    uanront por lour loier as Forges et por ceu ki comianrait as Forges , seront franc , se donc ne sont de la tre lo signour  
    de Sames , et ne mes font por quoi il dasse l'amande , et celle amande serai auas as alires menans dou ban , et li  
     sires de Sames doit hoster ses wardes des bois dedens les quatre bans , et des aaues dou uau de Senoncs, et li  
    abbes i materet les sues wardes bauas , et il pecheront li abbes , et li couaut à lor uolontei. Et les wardes doieut  
    panre li ahbcs-, et li couant dedens les quatre bans d'auaat nomez , et li sites de Sames maiterait ses wardes des  
    Uaires à la saison,, et des aires aaues dedens les quatre bj«s averont li abbes, et li couans de Senones d'auant dit,  
    et li sires de Sames ceu ke lour dauaacier orent, a cens l'euesque Johau , et de totcsaltres choises denaorent  
    chascuus ansi com il suet, et ceste pais est faite ke choises ke li sires de Sames ait fait l'abbe ne lo couant puie ke  
     li euesques Jaques fut mors ne se puet li sires de Sa m es aidîer ne our nen altre fois ke li abbes, et li couans, et li  
    euesques de Metz, et li sires de Sa mes ne soient au lour droit, et en lour tenour ansi com il estoient à cens l'euesque  
    Jak. Et est encour à sauoir ke se li sires de Sa mes ou sa femme sont à Sames ou à Picre Parciée, ou dedens les  
    chasteleries de ces dous ebastais kil puent poschier a lour uolantei en celes mêmes aaues. Et quant il seront allour  
     il nen atre por ais ni doient poschier se donc ne uenoit au chasteleries d'auant nommées aucuns de son conseil,  
    ou kil i fist habargier gens estranges a donc por ceais i porroins peschier. Et li wardes li preuost la masniee et li bailli   
    de ces dous chastais ni doient miot peschier. Er doit auoir ancour li abbes un peschour franc, c'est à sauoir Aubertei  
    de Mussei auoe les seit kil ait frans ansi com les latres kil ont lo deuisent, et si morroit il aueroiént un altre peschour  
    sangle en la menicre kil aueroient cestu, et se mis aloït an contre ceste pais tenours kil an feist ne li uanroit riens,  
    ans reuanroir on a deis à la pais por lo recors de ces lettres, et por ceu ke ceu soit farme choise, et estable, auons  
    nos ces presentes letres sxllées dou sacl nostre signour Philipe par la grace de Deu euesque de Metz de cui ces fief   
    muet, et de nos sxls , les kes furent faites an l'an kant li miliarcs Nostre Signour corroit par mil, et ce. et sexante, et un  
    an, ou mois de nouembre.    
    « Collationné à l'original à moy exhibé, par Dom Pierre Alliot, abbé de Senone, et à lui à l'instant remis en présence   
    des procureurs des parties, le tout suivant qu'il est referé par mon procez verbal de compulsoire de ce jour dix-huit  
     janvier mil six cens quatre vingts six, par moi huissier au grand conseil, soussigné LE JUGE. »    
       
     
  Les mines et les forges furent exploitées par les Comtes et Princes de Salm jusqu'en 1793, date à laquelle la  
  principauté de Salm fut rattachée à la France. La présence à la fois du gisement, de la forêt, de l'eau à fort débit      
  et l'installation de forges firent la fortune de ces derniers et de Grandfontaine, qui avec 1 600 habitants était la      
  deuxième commune du canton. Au 18ème siècle, les Forges de Framont-Grandfontaine se sont encore beaucoup      
  agrandies. Plus de 400 personnes, mineurs et métallurgistes étaient employés par les forges alors qu'il y en avait  
  autant qui travaillaient en forêt pour produire du charbon de bois utilisé pour faire fondre le minerai dans les  
  hauts-fourneaux. Mais dès le début du 19ème siècle, la qualité du minerai baisse et la concurrence devient de plus  
  en plus forte.  
     
  En 1850, le directeur de la Compagnie des forges qui  
Ancien laminoir, Grandfontaine
 
  a entrepris d'importantes reconversions a adressé une    
  demande d'installation pour la fabrication de produits    
  chimiques dans le batîment désaffecté du laminoir.    
  Mais ces projets restent sans lendemain. La Compagnie    
  des forges de Framont est dissoute lors de l'assemblée    
  générale de 1863. La vente à Coulaux et Sütterlin qui    
  exploitent la manufacture d'armes de Mutzig interviendra    
  en 1864 et les nouvelles orientations de repreneurs    
  donneront - avec la fabrication de pièces détachées pour    
  le fusil Chassepot - l'occasion de maintenir une certaine    
  activité à Grandfontaine jusqu'aux signes avant-coureurs    
  de la guerre de 1870. Elle sera réouverte pendant une    
           Le bâtiment du laminoir de Framont, installé par Bernard-Michel  
  courte période à la fin de la première guerre mondiale.       Champy, vers 1830, à Grandfontaine, comportait une très grande  
            roue hydraulique pour cette l’époque.  
         
  La mine est célèbre dans le massif vosgien pour
 
     
  les découvertes historiques de fin betrandite et  
  spécimens de phénacite, originaire d'inclusions  
  pegmatitiques dans les roches hôtes sur les      
  niveaux supérieurs, et datant du 19ème siècle.  
         
  Autrefois, l'entrée dans les mines se faisait par  
  des puits qui sont actuellement inaccessibles.  
  Maintenant, on y entre par une large galerie      
  creusée à la poudre au 19° siècle pour évacuer  
  l'eau qui était pompée dans les galeries.  
     
      La mine Rouge-du-Bas située sur la commune de Grandfontaine, dont le  
  Aujourd'hui, fermées au public, pour des raisons   premier filon est découvert en 1575, est exploitée pendant plusieurs siècles.  
  de sécurité, les galeries de la mine, sont couvertes  
Mine rouge-du-bas (entrée), Grandfontaine
 
   par endroits d'hématite rougeâtre (oxyde ferrique),    
  de pyrite à reflets métalliques jaunes (sulfure de      
  fer) et ornées de belles concrétions bleues (sulfate    
  de cuivre) et l'on peut voir un puit inondé de plus    
  de 20 mètres de profondeur.    
       
  A l'entrée de la mine, dans le batiment où l'on    
  doit s'équiper d'un casque et d'un ciré car il  
 
 
  existe une hygrométrie très forte.  
     
  Un petit musée retraçe succintement  
  l'histoire minière du lieu et présente  
  dans une vitrine quelques vieux outils :  
  des burins,  des morceaux de vieilles  
  brouettes, des tuyaux en bois, des  
  lampes à huile, etc …  
 
 
 
     
     
     
     
     
     
     
 
     
 
 
 
     
     
     
     
     
     
     
         
         
     
     
 
 
 
  Blason de Grandfontaine  
      avec les deux saumons pour le comté de Salm  
      et les outils croisés pour l'extraction du fer de la mine  
     
     
     
     
     
     
     
     
     
      mis à jour le 22/9/2016