1654 : INONDATION SUBITE DANS LE VAL DE SENONES  
 
 
 
       Le 13 Juillet 1654, il arriva dans le Val de Senones et dans celui de Celles, et aux environs, une inondation extraordinaire,    
 
  par l'ouverture subite et inopinée de la montagne qui est au nord de l'abbaye de Senones. Cette montagne s'ouvrit tout à    
     
  coup, tant du côté de Senones que du côté de Celles, et l'eau en sortit depuis le matin jusqu'au soir, en si grande quantité qu'    
     
  elle emporta les foins qui étaient fauchés, les chariots et plusieurs ponts de bois et des moulins qui étaient sur les ruisseaux    
     
  et sur les rivières, depuis Senones jusqu'à Metz, et même jusqu'au Rhin. Plusieurs personnes furent noyées. Ce déluge dura    
     
  trois jours. Le couvent des pères cordeliers de Ravon, qui se trouve situé à la jonction des deux vallons et des rivières de    
     
  Plaine et de Meurthe, faillit en être renversé. L'eau était dans leur cloître à la hauteur de huit pieds. Elle emporta beaucoup de    
     
  leurs meubles et culbuta deux pans de leur muraille de cloture. L'abbaye de Senones n'en souffrit point, parce que la    
     
  montagne s'ouvrit environ un quart de lieu au-dessous du monastère et du bourg tirant vers Moyenmoutier.    
     
       On remarque que la rivière Meurthe, où se jettent toutes ces eaux, s'éleva en quelques endroits à la hauteur de 15 pieds,               
     
  dans les lieux les plus resserrés, au dessus de son niveau ordinaire, ce qu'on découvrit par le foin qui se trouve attaché aux    
     
  branches des arbres sur le rivage de cette rivière. On assure que cette rupture de la montagne avait été précédée d'une petite    
     
  pluie, qui dura deux jours, et que lorsque la montagne s'ouvrit, on ouït un grand bruit souterrain. L'endroit où la montagne    
     
  creva est en ovale, et à peu près de cent ou quatre-vingts pieds de diamètre. Les pluies et les neiges l'ont tellement rempli    
     
  que 30 ans après, l'ouverture n'avait plus que 5, 6 ou 7 pieds de hauteur, qui dans les commencements était de 25 à 30 pieds    
     
  de profondeur et 12 ou 15 de largeur. Aujourd'hui on n'y voit presque plus rien. L'endroit où se fit cette ouverture, n'est point    
     
  un rocher continu, mais un amas de plusieurs grosses roches posées confusement les unes sur les autres et entremélèes de    
     
  pierres et de terres.  
     
     
     
 
 
     
 
 
 
 
 
     
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
       carte hydrographique actuelle et partielle de la Lorraine  
     
     
     
    Retour à la page d’accueil  
  modifié le 3/03/2017