JOSEPH COMTE DE SALM REIFFERSCHEIDT DYCK  
 
 
    et son épouse CONSTANCE MARIE DE THEIS  
 
 
 
Salm-Dyck, Joseph.jpg
 
 
 
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
  Joseph Prince de Salm Reifferscheidt Dyck, botaniste et son épouse Constance, poètesse et féministe  
 
 
 
  Joseph Marie Franz Anton Hubert Ignaz de Salm-Reifferscheidt-Dyck, Comte puis Prince de Salm-Dyck, Comte du Saint Empire  
 
  Romain. Il est né le 4 septembre 1773 au château de Dyck près de Neuss entre Juliers et Cologne et est décédé le 21 mars 1861 à Nice.  
 
  Il était le chef de la branche Salm-Dyck de la Maison de Salm, province de la rive gauche du Rhin, mais ses états furent réunis à la  
 
  France lors du traité de Lunéville en 1802. Il reçut, en échange de sa seigneurie de Dyck, une pension de  28 000 florins.  
     
  Cliquer ici pour télécharger wp_dyckwatercastle01.zip
 
 
     
     
     
     
     
     
     
     
     
 
    Le prince de Salm-Dyck s'occupe alors beaucoup d'horticulture et de botanique, fonde à Dyck un jardin avec des serres où il  
     
  rassemble les plus belles collections de plantes de l'époque. Il  devient un botaniste de renommée mondiale  et appartiendra à plusieurs sociétés  
 
  savantes de diverses capitales. Il publie de nombreux ouvrages de botanique, notamment Catalogue raisonné des espèces et variétés d'aloès  
 
  en 1817, Observations botaniques en 1820, Monographia generum aloes et mesembryanthemi, iconibus illustrata en 1835 et Cacteae in Horto  
 
  Dickensi cultae en 1850.  
 
  Chancelier de la 4e cohorte de la Légion d'honneur, il fut élu, le 2 fructidor an XII, par le Sénat conservateur, député du département  
 
  de la Roer au Corps législatif. Il en sortit en 1809. Nommé capitaine de louveterie dans la 28e conservation des eaux et forêts le 6 thermidor an  
     
  XIII, il fut en outre créé chevalier de l'Empire le 3 juin 1808, et comte le 24 février 1809.  
     
  En 1816, en raison des services qu'il a rendu aux alliés, le roi de Prusse lui accorde le titre de prince de Salm.  
     
  Président de l'assemblée cantonale d'Essen, il était divorcé de la Comtesse Hartzfeld depuis 1801, lorsqu'il épousa en seconde noce,  
 
  la poètesse Constance de Theis, le 14 décembre 1803.  
 
       
  Ils n'eurent pas de descendance.    
       
       
       
 
  Cette seconde épouse, née à Nantes en 1767, devenue comtesse puis princesse de Salm Reifferscheidt Dyck, fut une femme auteur  
     
  et prosateur, appelée en son temps le " Boileau des femmes" ou " la Muse de la Raison". Agée de 18 ans, elle publie ses premiers essais. Mais  
 
  elle sera connue du public, en 1794, grâce au livret de l'opéra dramatique "Sapho". Femme engagée, passionnée, aux qualités littéraires reconnues,  
 
  son succès porte ombrage à quelques hommes de lettres en place dont la réaction méprisable en quelques vers atteint directement son honneur  
 
  de femme et fille de son père juste décédé. La réponse de Constance est l'Epître aux femmes" (1797) qui provoque un véritable enthousiasme du  
 
  monde intellectuel et plus généralement des citoyens qui l'ovationnent. Elle y réclame, sur un mode logique et raisonné, une égalité harmonieuse  
 
  entre hommes et femmes dans l'instruction et les tâches quotidiennes avec une pointe de féminisme plus habile que les revendications directes  
 
  d'une Olympe de Gouges. On trouve dans l'Epître : "Les temps sont arrivés, Femmes éveillez vous..." "Différence n'est pas infériorité".  
 
  Le 1er novembre 1797 a lieu la Première de "L'Hymne sur la Paix", paroles de la citoyenne Constance de Theis, épouse Pipelet, à  
 
  cette époque, musique de Méhul. Bonaparte se souviendra de cette poète qui appelle les Français à le célébrer, lui qui a rendu la paix et le  
 
  bonheur à la France : "Gloire au vainqueur de l'Italie".  
 
 
  En 1809, Joseph de Salm achète l'Hôtel de Ségur, au 97 Rue du Bac à Paris, où ils  
       
  vont tenir jusqu'en 1814, un Salon littéraire, académique et aristocratique dont l'influence sera  
   
  grande lors des élections à l'Institut et à l'Académie. Elle y recevait Alexandre Dumas, Talma,  
   
  La Fayette, Jussieu, Alexander von Humboldt, des artistes comme Girodet, Houdon, Augustin  
       
  Pajou, Pierre-Narcisse Guérin, Carle Vernet, Grétry, etc... Très mélangé, son salon était ouvert  
   
  aux Idéologues comme aux libéraux de La Décade philosophique, le faubourg Saint-Germain  
   
  y croisait la noblesse d'Empire, et beaucoup de francs-maçons de la « loge des Neuf Sœurs »  
       
  s'y retrouvaient.    
     
 
 
 
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Le 14 juin 1820 sa fille Clémence Pipelet, veuve avec 3 enfants du colonel et baron d'Empire Louis Bernard
     
  Francq, est assassinée. Constance de Salm cesse alors toute activité et s'engouffre dans la dépression, son amie la
     
  princesse Thérèse von Thurm und Taxis s'avère un soutien moral primordial et indispensable.  
     
    Vers 1823, Constance de Salm refait des séjours à Paris, y retrouve des amis et reprend goût à la vie de salon.
     
  En 1824, elle dédie à Thérèse, son amie, "Vingt quatre heures de la vie d'une femme sensible". Commencé en 1803-1804,
     
  reprit en 1814-1815, terminé au château de Ramersdorf, ce qu'elle nommait "son petit roman" est une suite de 46 lettres
     
  écrites, sauf une, par une amante blessée et angoissée, exprimant et décrivant une palette de sensations. Le succès est
     
  important en France comme dans d'autres pays européens.  
     
    En 1833, Firmin Didot édite "Mes 60 ans" poème de 12.000 vers que Constance de Salm considère comme son
     
  œuvre-maîtresse. Elle y dépeint sa vie, son histoire littéraire, ses luttes et sa passion pour le respect de chacun. En 1837,
     
  Constance de Salm publie "Je mourrai comme j'ai vécu" où elle réaffirme ses valeurs de loyauté et ses combats contre
     
  l'injustice et pour l'égalité entre Homme et Femme.  
     
    Constance de Salm décède le dimanche 13 avril 1845 en son domicile du 3bis rue Richer à Paris. Elle repose
     
  dans un monument en forme de sarcophage dans le chemin Monvoisin au cimetière du Père-Lachaise, 26ème division.
     
 
 
  dernière mise à jour le 22/12/2016