Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen  
         
         présenti au trône d'Espagne  
       
          qui débouchera sur la guerre de 1870  
         
         
 
    Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen, né le 22 septembre 1835 à Krauchenwies  
       
    près de Sigmaringen, et mort le 8 juin 1905 à Berlin. Fils de Charles Antoine de  
     
    Hohenzollern-Sigmaringen et de Joséphine de Bade.  
     
    En 1861, il épousa Antonia de Portugal ( 1845-1913 ), fille de Marie II de Portugal et  
       
        du roi-consort Ferdinand II,  
         
        De cette union naîtront :  
Description de cette image, également commentée ci-après
 
 
         
             Guillaume de Hohenzollern-Sigmaringen (1864-1927), prince de Hohenzollern,    
         
        en 1889 il épousa Marie-Thérèse des Deux-Siciles-Trani ( 1867-1909 ).
 
           
        Veuf, il épousa en 1915 Aldegonde de Bavière.  
 
     
           Ferdinand Ier de Roumanie (1865-1927) succéde à son oncle Charles Ier
 
       
           Charles Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen (1868-1919), en 1894 il épousa
Résultat de recherche d'images pour "charles antoine de hohenzollern sigmaringen"
 
       
      Josèphine de Belgique.  
 
           
  Il est descendant des princes de Salm Kyrbourg, puisque son arrière grand mère n'était autre qu'Amélie  
       
  Zéphirine de Salm Kyrbourg, fille de Philippe Joseph, le 1er Prince souverain de Salm Kyrbourg. Elle avait
 
       
  épousée Aloïs Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen, alors que son frère le 2eme prince souverain
 
 
       
  Frédéric III de Salm Kyrbourg avait épousé la sœur d'Aloïs, la princesse Johanna Francesca Antonia de  
       
  Hohenzollern-Sigmaringen. Reportez vous à la page intitulée " Généalogie des comtes et princes de Salm  
     
  en Vosges " à l'onglet 5 de la page Salm1" : Salm Kyrbourg " et "à l'onglet 17 de la page Salm2" : Hohenzollern.  
     
  Membre catholique de la famille royale de Prusse, lointain cousin du futur empereur d'Allemagne Guillaume Ier  
     
  le gouvernement espagnol, après l'abdication de la reine Isabelle II lui proposa le trône d'Espagne mais la  
     
  France de Napoléon III, redoutant l'encerclement par les Hohenzollern s'opposa à sa candidature et son  
     
  père le prince Charles-Antoine ancien ministre-président du royaume lui fit comprendre que son avènement  
 
  pourrait être un casus belli.  
     
  Léopold renonça mais Napoléon III demanda au roi de Prusse une renonciation formelle, le frère cadet de  
 
  Léopold étant monté sur le trône de Roumanie malgré une première renonciation.  
     
  Les faits qui suivent sont souvent décrits comme l'élément déclencheur de la guerre de 1870. En effet, le 13  
 
  juillet, alors que la France demande de garantir le retrait de la candidature de Léopold, ce par l'intermédiaire  
 
  de l'ambassadeur de France Benedetti envoyé auprès de lui dans la ville d'Ems, le roi Guillaume de Prusse,  
 
  agacé, fait confirmer la renonciation du prince, en ajoutant qu'il "n'a plus rien d'autre à dire à l'ambassadeur".  
 
  Cependant, alors même que Léopold a bien retiré son intention de devenir Roi d'Espagne, le télégramme de  
 
  Guillaume de Prusse (la dépêche d'Ems) relatant son entretien avec l'ambassadeur de France est réécrit par  
 
  le Chancelier Otto von Bismarck de sorte à laisser croire à un congédiement humiliant de l'ambassadeur,  
 
  réécriture qui vise à provoquer l'indignation des Français. Le chancelier cherche en effet à ce que la France  
 
  déclare la guerre à la Prusse afin de la faire passer pour l'aggresseur et l'ennemi de l'unité allemande, et  
 
  pouvoir rassembler dans une guerre victorieuse contre la France les différents états germaniques du sud et  
 
  du nord pour en arriver finalement à cette unification en une armée de 800 000 hommes contre 250 000  
 
  pour la France.  
     
  File:Alphonse-Marie-Adolphe de Neuville - Les dernières cartouches (1873).jpg
 
 
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
        Dernières cartouches à la bataille de Bazeilles    -    tableau d'Alphonse de Neuville  1873  
       
     
     
     
 
                           retour à la page d'accueil de l'Atelier de Jack  
     
 
 
  mise à jour le 5/07/2017