La Comtesse Marie Anne de Bronckhorst-Batenbourg  
 
          devenue par mariage Princesse de Salm  
 
      -  née au château d'Anholt le 4 mai 1624   
      -  mariée à 17 ans le 22 octobre 1641 à  
          Léopold Philippe Charles 3° Prince de Salm  
      -  décédée à Remiremont le 16 octobre 1661  
      -  héritière du comté de Bronckhorst-Batenburg  
          et de la Seigneurie d'Anholt  
 
 
  Marie Anne, princesse de Salm était le seul enfant de Dietrich IV, comte de Bronckhorst-Batenburg à Anholt (1578-1649) et de  
 
  sa seconde épouse Marie Anne de Immerzeel et Bokhoven née le 4 mai 1624 au château d'Anholt. Elle a probablement grandi  
 
  au château d'Anholt avec son père. A propos de son éducation on ne connait rien de plus. Son père a été relativement plus  
 
  éduqué, il parlait le latin, l'italien et le français et a écrit une œuvre tardive sur les questions de la morale et de la politique (en  
 
  français), on peut donc supposer que, même Marie Anne en son temps a obtenu une formation appropriée. Qu'elle n'a obtenu  
 
  des leçons privées de dames nobles non connues. Dans tous les cas, elle était française, on le constate à la tradition de ses  
 
  lettres. Sa famille est considérée comme Seigneur du Comté de Zutphen du Moyen-Age aux plus grandes familles nobles de la  
 
  région frontalière germano-néerlandaise. La dynastie sera divisée par un certain nombre de règlements de la succession dans  
 
  plusieurs branches à la fin du Moyen Age. La ligne Anholt, qui venait de Marie Anne, par exemple, est retombée à son aïeul  
 
  Dietrich I (1488). Après le décès de sa mère en couches et du fait que son père ne se remaria pas, il était relativement clair que  
 
  Marie Anne serait la seule héritière de son père. Et comme «héritière» elle était unique parmi les jeunes femmes nobles à  
 
  marier de son temps.  
 
 
  plans de mariage  
 
  L'augmentation du statut d'héritière de Marie Anne sur le marché du mariage, qui fait cruellement défaut, car la position de la  
 
  famille dans la société de rang noble n'était pas du tout stable. Son père Dietrich n'était en fait, depuis 1621, avec son frère  
     
  Johann Jacob, élevé au rang de Comte impérial par l'Empereur des Barons. Et si importante et ancienne soit la famille, les  
     
  Comtes et les Princes de l'Empire, étaient d'abord des parvenus, dont il était impossible d'accorder automatiquement l'égalité  
     
  de rang. Est-ce toujours difficile de trouver dans cette direction des candidats appropriés pour la main de Marie Anne, il a été  
     
  jugé meilleur de chercher les prétendants "sur place", comme ils l'avaient toujours fait les siècles précédents. Parce que les  
     
  partenaires du mariage traditionnel ne sont pas convenables pour la famille du comte. Le mariage mixtes entre noble et roturier  
     
  aurait contribué à déstabiliser leur propre position. Heureusement compensé du point de vue du large éventail du patrimoine,  
 
  Dietrich IV a été propriétaire de plusieurs domaines comme Anholt, Geldern et Kleve, la stigmatisation de la promotion sociale.  
 
  Donc Dietrich a négocié, dans les années 1630, avec ses trois familles Graf, mais il n'est jamais venu à un contrat de mariage.  
 
  Du point de vue de la dynastie, finalement et heureusement se trouvait le jeune prince Leopold Charles Philippe de Salm un  
 
  excellent candidat pour un Anholt. La famille de Salm était, en effet, elle-même montée en 1623 au rang de Prince, et elle était  
 
  incontestée dans les maisons des nobles du royaume. Un des ancêtres, Léopold Philippe IV, avait été à la fin du 11ème siècle,  
 
  même contre le roi Henry. Pour Dietrich von Bronckhorst-Batenburg cette situation est donc extrêmement attrayante. A propos  
 
  des négociations qui aurait abouti certainement au contrat de mariage, mais rien n'est encore assuré. Une voix ne s'était pas  
 
  encore exprimée dans cette affaire, celle de Marie Anne, selon la croyance générale. Traditionnellement, les négociations entre  
 
  le père de la mariée et le marié, s'il était déjà majeur. Cependant, il est possible que le père de Marie Anne lui demanda son  
 
  opinion. Quoi qu'il en soit de l'attitude de Marie Anne envers Leopold Charles Philippe, le 22 Octobre 1641 les parties ont  
 
  conclu un contrat de mariage. Et peut-être, la jeune comtesse de Bronckhorst-Batenburg sera l'épouse du troisième prince de  
 
  Salm ?  
   
Vliegenthart_01a_Bronckhorster galerie d'images 1645
 
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
      Le Bronckhorster galerie dite d'image (168 cm x 247 cm) de 1645 a probablement été commandé par Dietrich IV dans l'ordre. Il  
      montre au milieu d'un portrait idéalisé de Anne Marie. Autour d'elle sont des portraits groupés des ancêtres et de la peinture  
      exemplaire de cette galerie de famille. Petits portraits du couple royal se trouvent sur le côté gauche en dessous de la Mère de Dieu.  
         
    Retrouvez sur la page intitulée : "Les tableaux de Déruet au château d'Anholt" dans l'onglet 3, les commentaires  
  sur ce tableau de "curiosité de l'histoire de l'art" de l'experte Mélanie Logre.  
     
 
  Une femme privilégié?  
 
  Position initiale de Marie Anne dans cette relation disposé était quelque chose de spécial dans les circonstances de l'époque  
 
  Cela peut être vu du fait que probablement aucun cortège nuptial a eu lieu, à savoir le transfert de la femme de la résidence de  
 
  son père à celui de son époux. Les premières lettres de Marie Anne en 1641 - 1642 sont adressées d'Anholt. La plupart de sa  
     
  vie, elle doit y passer, si ce n'était pas pour des visites plus longues avec sa belle-mère à Neuviller-sur-Moselle ou à l'abbaye  
     
  de Remiremont avec ses filles. Même le contrat de mariage révèle un cadre matrimonial très favorable pour Marie Anne : Dans  
     
  le cas où son mari décède avant elle, elle reçoit quand ils ont des enfants ensemble, le gouvernement et l'argent d'un an de  
     
  6 000 monnaie Lorraine. Mais son mari meurt sans héritiers, elle a non seulement le gouvernement mais aussi hérite des trois  
     
  villes Neuviller, Bayon et Tonnau qui sont apporté à son mari dans le mariage. Dans les deux cas, Maria Anna serait protégée  
     
  plus que suffisamment comme une veuve, même dans une situation confortable - quelque chose qui n'était pas la norme pour  
     
  les veuves aristocratiques.  
     
  L'avantage pour Marie Anne est aussi que dans ce contrat de mariage la fille de Dietrich a déjà le pouvoir de disposer de son  
     
  héritage en fonction de l'évolution de sa vie - une conséquence de leur statut héritière. Ce régime a finalement été efficace en  
     
  1645, lorsque Dietrich et Leopold Charles Philippe ont transférés par acte notarié le gouvernement de son Comté. Dietrich  
     
  s'est rendu au rapport déjà prononcé dans le contrat de mariage de la donation entre vifs toutes ses "seigneuries et des  
     
  marchandises" sur le Fils - " Les serviteurs et les chevaux nécessaires" contre un paiement annuel de 1 200 rixdalers et un  
     
  équipement digne d'elle. Quel est le rôle qui revenait à Marie Anne dans cet accord, le document n'est, malheureusement, pas  
     
  clair. Cependant, il y a des documents sur les transactions juridiques dans lesquelles elle se produit avec son mari. Aussi  
     
  le testament de Marie Anne (la première version de 1656, et une deuxième de 1658) a le statut particulier de l'héritière. Il a fixé  
     
  à savoir que tous leurs états et marchandises, dont elle a hérité de son père, irons sans découpe à son fils aîné Charles  
     
  Théodore Otto. Les autres enfants reçevront seulement une rente entre 400 et 800 Reichstalern.  
     
  Les données actuelles indiquent jusqu'ici que Marie Anne parce qu'elle était héritière, pourrait se transformer et exercer  
     
  de façon autonome par rapport à la «moyenne» épouse princière - et non pas seulement comme une veuve, à qui l'on attribue  
     
  généralement à un large degré d'autonomie. Qui ont gardé le cadre décrit ici pour le mariage, dans la pratique, à savoir si  
 
  Anne Marie pourrait effectivement fonctionner indépendamment et auto déterminé le niveau habituel qui ne peut pas être  
     
  résolu ici. L'accès à la vie quotidienne d'une princesse est obtenu principalement par sa correspondance. Regards sur la vie  
     
  quotidienne de Marie Anne comme une princesse mais il est impossible actuellement de se prononcer. Bien qu'il reste de leur  
 
  correspondance dans les archives du prince de Salm-Salm, elles ont été lues, mais jamais évaluées. Une première conclusion,  
 
  si riche en perspective, mais il faut aussi beaucoup de temps à décoder (90% des lettres sont écrites en français).  
 
 
 
  Crédits photos:    
   
  Adriaan W. Vliegenthart: La collection de photos des princes de Salm, Zutphen 1981.    
   
   
  Elle s'est mariée avec Charles Leopold Philippe de Salm-Salm le 22 octobre 1641, elle avait 17 ans  
   
   et lui 21. Leurs 4 enfants :    
     
 
     Charles Leopold Philippe  
     
 
     1.    Charles Theodore Othon, 4° Prince régnant de Salm-Salm  
     
            né le 27 juillet 1645 et décédé le 10 novembre 1710 à Aix la Chapelle  
     
                       Charles Theodore Othon  
     
     2.    Gaston Philippe Prince de Salm-Salm    
     
            né le 30 septembre 1646 et décédé en 1668 par fait d'arme à 22 ans  
     
     
 
 
     
     3.    Dorothée de Salm-Salm  Abbesse de Remiremont  
     
            née le 31 janvier 1651 et décédée le 14 novembre 1702  
     
                                  Dorothée  
     
 
       
   
     4.    Marie Christine de Salm-Salm Administratrice de l'abbaye de Remiremont  
   
            née le 29 décembre 1653 et décédée en 1744 dans sa 91ème année  
   
                           Marie Christine  
 
 
 
 
 
  retour à la page d'accueil de l'Atelier de Jack   Modifié le 29/11/2016