Le SERMENT d'ALLEGEANCE du COMTE de SALM HENRI VI au ROI de France en 1383  
 
 
  Généalogie partielle des lignées de           LarenaissanceenterredeSalm.blogspot.fr  
  Salm Vianden (onglet 2 de Salm1)
 
     
  et Reiffercheid (onglet 3 de Salm1) :              
     
  1370   1416    
     
 
 
 
 
  Détail du sceau de Philippine  
  Adélaïde de Schonvorft l'épouse  
  d'Henri VI de Salm   (1378)  
     
 
 
 
  Henri VI, comte de Salm de 1370 à 1416, fut le dernier comte de la seconde dynastie (maison de Salm-Vianden).  
     
 
  (1)  Henri VI comte de Salm a combattu dans diverses guerres dont celle d'Othée avait couté la vie à son fils Henri, mais le sire  
  approche des 60 ans et continue comme il l'a fait de tout temps il se bat dans de furieuses joutes ou les jeunes chevaliers se  
  laissent désarçonner par respect de son glorieux passé.  
  HENRI VI, ayant survecu à ses 3 enfants dont son fils Henri tué à la bataille d'Othée, n'avait donc plus de  
  descendance pour lui succéder …. aussi en 1415, il désigna pour héritier JEAN IV Comte de REIFFERSCHEID  
  le fils de sa sœur.  
     
 
       
  Empreinte   
  du sceau de  
  Jean IV de  
  Reiffercheid  
   
   
 
 
 
 
     
  Le 23 mars 1373, il céda à l’archevêque de Trèves, avec faculté de rachat, les biens et droits qu’il possédait à Briedel sur la Moselle.  
  Dans le même acte, le comte de Salm lui offrait également la possibilité de disposer de sa forteresse de Salm et de tous les autres  
  châteaux qu’il possédait ou posséderait, à la condition expresse de ne pas s’en servir contre le duc de Luxembourg (suzerain du  
  comte de Salm), ni contre les seigneurs de Schoonvorst, de Daum, de Broich, de Pittange et de Cronenbourg.  
     
  Le 25 mars 1383, Henri VII prêta le serment d’allégeance à Charles VI, roi de France de 1380 à 1422. À ma connaissance, cet acte n’a  
  jamais été publié. Il est conservé aux Archives Nationales de Paris.  
     
  Il fut rédigé à Paris par le comte de Salm et dit en substance que le comte reconnaissait avoir prêté l’hommage au roi. Il lui avait promis  
  de le servir contre tous, à l’exception de l’archevêque de Trèves, des ducs de Luxembourg et de Juliers, à qui il avait déjà prêté serment.  
  Le comte déclarait que le Roi, à raison de l’hommage, devait lui payer annuellement à Paris une rente viagère de 500 francs, à prélever  
  sur son trésor.  
 
  RETRANSCRIPTION :  
     
                               
    « Sachent tous que je Hanry conte de Sammes en ardenne cognois et confesse avoir fait hommage au Roy notre Sire et luy avoir promis  
    et promet servir contre tout homme qui peuvent vivre et mourir, excepté l’arcevesque de trèves, les ducs de Luxembourg et de Julliers  
    auquels j’ay auparavant fait hommage.      
           
    Parmy ce que le roy, notre dit seigneur, m’a donné et donne cinq cens francs de rente à ma vie à prandre chacun an sur son tresor à paris  
    au termes acoustumez à paier les rentes à vie, si comme plus à plain puet apparoir par les livres du roy notre dit sur ce faicts et paree.  
    Je luy jure et promet sur ma foy tenir les choses dessurdites et soubs telle obligation comme au cas appartient. Donné à paris soubs mon  
    scel le xxve jour de mars l’an de grâce mil trois cens quatre vins et trois ».      
                               
 
 
 
 
 
 
  Georges BENOIT  
     
     
     
     
  retour à la page d'accueil de l'Atelier de Jack      
     
     
     
     
 
  modifié le 8/03/2017