TESTAMENT DE FEU S. A. LOUIS OTHON 5 ème PRINCE DE SALM  
       
  passé le 7 Janvier 1734 et publié à la Chambre impériale de Wezlar  
         
             par députation de la dite Chambre le 13 Janvier 1739  
         
             
          Illustriss. Ac Generosiss. Herois, D. D. Ottonis Ludovici Rheni et Sylvae : Comitis, Domini in Vinstingen et C. S.R.M. et Coronae Suedicae, per Alsatiam, General. Militae Praefecti. Imago., Mi-corps, en méd. ov - 1
 
   
             
  Au Nom de la très Sainte Trinité,      
             
  Nous, Louis Othon, par la grace de Dieu, Prince de salm    
             
  et du Saint Empire, Comte Sauvage et du Rhin, de Dhaun,    
               
  Kyrbourg et de Stein, Seigneur Régalien de Fénétrange et    
               
  d'Anholt, considérant la fragilité de la vie humaine et qu'il    
               
   n'y a rien de plus incertain, que l'heure de la mort, décidant    
               
  par cette considération de pourvoir à temps aux affaires de    
               
  notre maison, pour prévenir et ôter après notre décès tout    
               
  sujet de disputes et de procès entre nos trois chères filles    
               
  avons trouvé à propos de casser, révoquer et annuler, tel    
               
  nous cassons, révoquons et annulons, par la présente, les    
               
  testaments et dispositions que nous avons fait ci-devant et    
               
  de faire comme nous faisons, avec mûre délibération, ce    
               
  présent testament, partage et disposition de notre dernière    
               
  volonté en la forme et manière suivante :          LOUIS OTHON 5° Prince de Salm de 1710 à 1738  
                né le 24 octobre 1674 et décédé le 23 novembre 1738  
           
           
  Premièrement, nous recommandons notre âme à la Miséricorde infinie de Dieu et donnons notre Corps à la Terre Sainte,  
           
  pour être enterré à Anholt dans le caveau de nos ancêtres, de la même manière, qu'ils l'on été, voulant qu'aussitôt après  
           
  notre décès, il sera dit pour le repos de notre âme pour mille florins de messes et distribué aux pauvres d'Anholt une pareille  
           
  somme de mille florins d'Allemagne.  
           
           
           
  Ordonnons aussi, que si à notre décès, quelqu'un des legs pieux, que feu le Prince, notre très honoré père a fait, n'était pas  
           
  encore exécuté d'abord après notre mort.  
           
           
           
  Et procédant à la disposition de nos biens, comme nous n'avons point d'enfant mâle de notre Mariage, nous déclarons qu'en  
           
  cas que nous venions, à nous remarier et que nous ayons de la seconde ou ultérieur mariage un ou plusieurs enfants mâles  
           
  qualifié à nous succéder, suivant les coutumes et pactes de la Maison Rheingraf, celui-ci ou l'aîné de ces dits fils sera notre  
           
  héritier universel et qu'il succèdera après notre décès à notre Principauté, Comté, Seigneuries et autres terres et biens allodiaux  
           
  et féodaux, meubiliers et immeubiliers, noms, actions, rentes et capitaux et généralement à tout ce qui nous appartient, sans  
           
  distinction de quel chef lesdits biens puissent nous être obtenus. Voulant très expressement qu'en cas susdits nos autres  
           
  enfants ou à naître, se contentent de la légitime ou autre apportionnement, que nous leur assignerons, ou de la dot de douze  
           
  mille florins d'Allemagne porté sur le testament de feu le Prince notre très honoré Père.  
           
           
           
  Et comme au cas que nous venions à décéder sans enfant mâle qualifié à nous succeder, nous avons droit et pouvoir,  
           
  conformement aux pactes et usages de notre Famille de disposer de tous et chacun de nos biens provenus de la Maison  
           
  Rheingraf en faveur d'un de leur plus proches parents de nom et famille Rheingraf, nous instituons, déclarons et voulons qu'en  
           
  ce cas notre très cher beaufils Nicolas Léopold Rheingraf, après sa mort son fils aîné succedera à notre Principauté de Salm  
           
  Wilgrafiat et baillage de Kyrbourg, Seigneuries de Fénétrange, Neuville, Bayon Ogeciller et autres terres et biens provenus de  
           
  la Maison Rheingraf, à l'exclusion entière des autres Rheingrafs qui avec lui nous sont en pareille degré et pour parvenir à la  
           
  jouissance des dits biens, nous lui laissons un pouvoir libre et entier, de se servir à cet effet, soit de cette, notre disposition, soit  
           
  de notre donation du 16 septembre 1733, conjointement et séparement à son choix et suivant, qu'il le trouvera le mieux convenir  
           
  à ses intérêts.      
           
           
           
  Quant à nos biens, qui ne sont pas provenus de la Maison Rheingraf, comme nous avons particulièrement à cœur, l'honneur  
           
  et l'avantage de notre Maison et le soutien de notre nom, nous laissons et donnons par préciput au autre manière valable à  
           
  notre fille aînée Dorothée de Salm, épouse du Rheingraf Nicolas Léopold, en cas ou nous venions à mourir sans enfants mâles,  
           
  la terre, château et Seigneurie d'Anholt avec toutes ses appartenances, droits, prétentions et biens, tant allodiaux que féodaux  
           
  en dépendant, situés au pays de Gueldre, Zulphen, Cleves, Munster et ailleurs, y compris les biens que nous avons achetés tant  
           
  du Comté de Lottum, des Barons Empel et de Welwed que d'autres et généralement tout ce que nous possédons et que nous  
           
  pourrions dans la suite acquérir dans la Seigneurie ou dans le voisinage d'Anholt.  
           
           
           
  Voulant et ordonnant très expressement que notre fille aînée la Princesse Dorothée de Salm, après sa mort, son fils aîné,  
           
  ses ultérieurs descendants mâles d'aîné en aîné succedant par forme de substitution privativement à la dite terre, château et  
           
  Seigneurie d'Anholt avec toutes ses appartenances, droits, prétentions, biens et rentes ci-dessus mentionnés.  
           
           
           
  Laissons et donnons aussi par préciput à notre fille aînée la Princesse Dorothée de Salm, tous les meubles et tableaux dont  
           
  notre château d'Anholt se trouvera meublé au jour de notre décès, de même, que toute la vaisselle d'argent avec l'argent  
           
  comptant, revenus échus, le linge, carroces, chevaux, bestiaux, etc… qui lors de notre décès se trouveront nous appartenir  
           
  tant à Anholt qu'à Kirn et à Salm, le tout pourtant à condition que les dettes que nous pourrions contracter et délaisser après  
           
  notre Mort, aussi bien que les funérailles, le deuil et les legs pieux nommement ceux de feu Prince notre très honoré Père  
           
  seront privativement et uniquement à la charge de notre susdite fille aînée.  
           
           
           
  Pour ce qui regarde nos autres biens, en cas, que nous venions à mourir, sans enfant mâle, comme il est dit ci-dessus, nous  
     
  instituons ici, nommons et déclarons pour nos héritiers universels, nos trois chères filles :  
       
     
 
   
           
           
           
     Princesse       Rheingraf    
     Dorothée       Nicolas    
     de Salm         Léopold 1er  
    fille ainée         de Salm    
    du Prince         gendre et    
    Louis        successeur    
    Othon         dans tous    
             les titres et  
               héritages    
               du Prince    
             Louis Othon  
           
           
           
           
       
       
    - la Princesse Dorothée de Salm, épouse du Rheingraf Nicolas Léopold 1er  
     
    - la Princesse Elisabeth de Salm, épouse du Prince Claude Lamoral II de Ligne  
     
    - la Princesse Christine de Salm, épouse du Prince Joseph d'Hesse de Rheinfeld Rothenbourg  
     
  voulant que nos dites trois chères filles, en cas susdit, les partages également entre elles, les biens, rentes et prétentions, qui  
     
  nous appartiennent en France, en Pologne et à Naples provenant de la succession de feue la Princesse, notre très honorée  
     
  mère et de Madame la Princesse Palatine, notre ayeule, avec les arrérages qui nous en sont encore dus et dont la succession  
       
  du Duc de Mantoue est chargée, pareillement les rentes et prétentions, que nous avons sur Chimay, Beaumont et Avenes avec  
       
  celles sur les Salines de Lorraine, de même que le péage que nous avons sur le Rhin et l'Issel, qui se lève à Arnheim et enfin  
       
  tous nos bijoux et joyaux, pendules, montres et tabattières, porcelaines, médailles, corbeilles, et toutes nos autres petites  
       
  nippes et galanteries tant en or qu'en argent etc… qui se trouveront lors de notre décès, et généralement tous nos autres  
       
  biens, actions et prétentions qui ne sont pas repris dans les articles précédents.  
       
  En sorte que chacune de nos trois filles susdites aura un tiers desdits biens, rentes, prétentions, nippes, bijoux et joyaux et  
       
  qu'elles porteront également les charges, risques et frais des procès qu'il y a ou aura à l'occasion de tous les biens, droits et  
       
  prétentions actives et passives de notre succession à l'exclusion seulement de ceux qui regarderont ou affecteront réellement  
       
  et uniquement la propriété du fond de nos biens provenus de la Maison Rheingraf.  
       
       
       
  Jouiront nos deux filles cadettes chacune d'un tiers dans lesdits biens, pour toutes leur portions, dans nos autres biens,  
       
  comme aussi pour toutes les prétentions et actions, qu'elles ont, ou qu'elles pourraient avoir à charge de notre succession  
       
  tant du chef du testament de feu le Prince notre très honoré Père, par rapport aux capitaux et sommes provenues de Sa  
       
  Majesté Impériale, que du chef de la vaisselle d'argent provenue de la succession de feu Madame la Princesse de Pottingen et  
       
  enfin de quelque autre chef que ce puisse être etc… Voulons que notre chère fille cadette la Princesse d'Hesse jouisse pendant  
       
  sa vie d'une rente de mille cinq cent florins d'Hollande qu'elle percevra annuellement sur le revenu total de notre péage  
       
  d'Arnam, au-dessus de son tiers dans le restant du dit revenu, laquelle rente cessera à sa mort.  
       
       
       
  Voulons et ordonnons, en outre en faveur de notre Maison, que si quelqu'une de nos filles cadettes venait à mourir sans  
     
  enfants légitimes ou si les enfants ou leurs descendants décèdaient sans laisser d'enfants légitimes, qu'alors leur sœur aînée  
     
  ou leurs descendants succederont à tous les biens, rentes et capitaux provenus de notre succession à charge pourtant que la  
     
  survivante de nos filles cadettes jouira sa vie durante et partagera avec notre fille aînée la moitié des revenus des dits biens.  
       
       
       
  Mais si nos dites trois filles, venaient à décéder sans enfant, en ce cas nous ordonnons et voulons très expressement, que  
       
  tous les biens mobiliers et immobiliers, allodiaux et féodaux provenus de notre succession, qui se trouveront alors dans la leur,  
       
  tomberont  et succederont à l'ainé de nos plus proches et nom Rheingraf, qui se trouvera alors professer la religion catholique  
       
  apostolique et romaine. Et comme notre très chère Tante Madame la Princesse de Salm jouie annuellement d'une pension  
       
  viagère de trois mille cinq cent florins d'Allemagne que nous avons à Arnem, nous voulons que notre susdite très chère Tante  
       
  tire annuellement du dit péage la dite pension, avec la pension ultérieure de quatre mille florins de Hollande, que nous lui  
       
  donnons et lèguons en vertu de ce Testament, la vie durante sur les revenus du dit péage d'Arnem, et ce en reconnaissance des  
       
  obligations infinies que nous lui avons et de l'amitié sincère qu'elle nous a toujours témoignée.  
       
       
       
  La fidélité, capacité et l'expérience que notre Intendant le Sieur de Roussel a de toutes les affaires de notre Maison, nous étant  
       
  parfaitement connue, et par conséquent de quelle utilité il peut être à notre successeur et héritiers, nous voulons qu'il reste  
       
  dans la Maison en sa susdite qualité d'Intendant avec toutes les prérogatives et appointements dont il jouit à présent, que nous  
       
  lui conservons sa vie durante.  
       
       
       
  Voulons et ordonnons, que cette notre disposition et dernière volonté soit après notre décès, ponctuellement suivie et  
       
  accomplie en la manière susdite suppliant pour cette fin notre très chère Tante Madame la Princesse Christine de Salm de  
       
  vouloir bien se charger du soin de l'exécution de cette notre disposition et tenir la main afin que tous les points de ce  
       
  testament soient promptement exécutés.  
       
       
       
  Finalement si ce notre testament et disposition ne pouvait passer ou subsister par défaut de quelques solennités requises  
       
  pour un testament solennel, nous voulons qu'il fasse et fortifie son effet comme un codicille, donation à cause de mort ou  
       
  en quelqu'autre manière valable, que ce puisse être en nous réservant toujours la faculté de le révoquer, changer et d'y  
       
  ajouter comme nous le trouvons à propos et convenir.  
       
     
     
  En foi de quoi, ne pouvant lire, ni écrire, ni signer nous-mêmes, à raison de la perte de notre vue, nous avons fait coucher le  
     
  présent acte de notre dernière volonté, avec tout le temps, l'attention et les réflexions nécessaires et nous l'ayant fait plusieurs  
     
  fois relire d'un bout à l'autre, nous avons requis le Drossard, Juge, Bourgemaîtres et Echevins de notre ville d'Anholt, auxquels  
     
  nous l'avons présenté et le fait lire par eux en notre présence et de le passer judiciellement et d'en donner leur certificat ce  
     
  dessous.    
       
     
     
  Fait et passé à notre Château d'Anholt, le 7 du mois de Janvier Mil sept cent trente quatre  
       
       
        L. S.  
       
       
  Plus bas, se trouvait en langue allemande comme s'ensuit :  
     
     
 
  fen, welche derselben über den ihr von dem Ueberrest gebührenden Dritten Theil al-Jährlich  
       
  aus denen gesammten Einkünften unserer Gefälle zu Arnem zum Voraus erheben solle, iedoch  
       
  sollen diese Renthen sich nur bis auf ihren Tod erstrecken. Uebrigens wollen.  
       
  Wir und verordnen, zum Vortheil und Aufnahm unseres Hauses, daß, wenn eine von unseren  
       
  vorbenannten Zwey nachgebohrnen Princeßinnen Töchtern ohne rechtmäßige Erben, oder  
       
  wenn deren Kinder oder Abkömmlinge ohne Eheliche Kinder versterben sollten, alsdann  
       
  derselben ältere Schwester oder deren Nachkommenschaft in allen ihren Güthern, Renthen  
       
  und Capitalien, wels che von unserer Erb-Folge herrühren, fuccediren follen, jedoch unter der  
       
  Bedingung, daß die Letztlebende von unseren nachgebohrnen Töchtern die ' von vorbesagten  
       
  Güthern ebenslänglich geniese, und mit unferer ältesten Tochter die Einkünffte besagter Güther  
       
  theile.    
       
  Wenn aber besagte unsere Drey Töchter ohne Kinder hinscheidrn wür hiermit ' daß alle  
       
  bewegliche und unbewegliche eigenthümliche oder Lehen - Güther, welche den, oder der letztere  
       
  von ihren Abkömmlingen ohne Erben mit Tod abgienge, so wollen und verordnen.  
       
  Wir, auf diesen Fall hiermit ' daß alle bewegliche und unbewegliche eigenthümliche oder  
       
  eigenthümliche oder Lehen - Güther, welche von unserer Verlaffenschafther rühren, und sich  
       
  alsdann in der Ihri gen befinden, auf den Erstgebohrnen nächsten Anverwandten aus unserem  
       
  Rheingräflichen Hause, der sich zur Römisch Catholischen Apostolischen Religion bekennet,  
       
   wiederum zuruck fallen und sich vererben sollen.  
       
  Und gleich wie unsere Hochgeehrteste Tante die Frau Princeßin von Salm eine Jährliche Leib-  
       
  Renthe von. Drey Taufend Fünff Hundert Gulden Teutscher Währung gemietet, wegen deren.  
       
  Wir derselben ehemalen unsere Landschafft Arnem auf allen Fall verpfändet haben, so wollen.  
       
  Wir, daß obgedachte unserefehr liebe Tante Jährlich von besagtem Gehalt fort empfan  
       
     
     
     
       
photo
   
           
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Nicolas Leopold I entouré de ses deux épouses, les deux sœurs Dorothée &    
  Christine, filles de Louis Othon Prince de Salm - église d'Hoogstraten (Pays Bas)  
 
 
  modifié le 24/07/2017