Le 2 janvier 1812, le jour où Napoléon fit du sucre de  
     
     
        betterave « une nouvelle richesse pour la France »  
 
     
 
  En visite à la sucrerie de Passy, l’empereur distingue le botaniste Benjamin Delessert et signe l’acte  
     
  de naissance symbolique d’une filière agro-industrielle stratégique pour le pays.  
 
 
     
       
  Dans un élan d’enthousiasme et de reconnaissance,  
  l’Empereur détache sa propre Croix de la Légion  
  d’Honneur, qu’il épingle sur la poitrine de Benjamin  
  Delessert et fait donner une prime aux ouvriers de la  
  sucrerie. Cet épisode, attesté dans les colonnes du  
  Moniteur Universel, du 3 janvier 1812, fut immortalisé  
  par l'Imagerie d'Epinal.  
     
     
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
 
 
  Le 2 janvier 1812, un jour particulier  
     
  « Il faut aller voir cela. Partons ! » C’est sur cette exclamation que l’Empereur, répondant à l’invitation  
     
  du comte Chaptal, s’est rendu, ce matin du 2 janvier 1812, au village de Passy afin d’y visiter la fabrique  
     
  de sucre de betterave établie par Monsieur Benjamin Delessert. Il y a découvert avec grand intérêt les  
     
  cylindres à râper les betteraves, les chaudières en cuivre dédiées à la cuisson et à la concentration du  
     
  sucre ainsi que les moules coniques où, pointe en bas, les pains de sucre s’égouttent lentement.  
     
  Benjamin Delessert a présenté à sa Majesté ces pains de sucre produits sur place, fruit des plusieurs  
     
  années de recherches acharnées, menées avec son ingénieur en chef, Jean-Baptiste Quéruel. En effet,  
     
  depuis 1801, Benjamin Delessert avait transformé une ancienne filature de coton en raffinerie de sucre  
     
  de canne. Or, sous l’effet conjugué du Blocus continental et de la proclamation d’indépendance de la  
     
  colonie française de Saint Domingue, les approvisionnements en sucre de canne brut se sont taris.  
     
  La France, et plus généralement l’Europe, vivaient désormais sous la menace de pénurie d’une des  
     
  ressources de base de l’alimentation.  
     
     
     
  Innover avec d'anciennes découvertes  
     
  Afin d’offrir un nouveau débouché à ses installations industrielles et de contribuer aux nécessaires  
     
  efforts d’indépendance sucrière de la Nation, Delessert et Quéruel se sont basés sur les travaux de  
     
  pionniers, notamment sur ceux de Franz Carl Achard (1753-1821) qui créa la première fabrique sucre  
     
  de betterave, en Silésie, en 1801. Ils arrivent à mettre au point un process adapté à l’échelle industrielle  
     
  et assorti d’une avancée technique  déterminante : faire cristalliser le sucre pour obtenir une matière  
     
  sèche et aisément débitable en morceaux, plutôt que de produire une masse cuite tantôt malléable,  
     
  car imbibée de sirop, tantôt extrêmement dure et difficilement utilisable. Témoignant de l’importance  
     
  de cette innovation, un Bulletin des Arts et Métiers de 1812 confirme que l’équipe Quéruel-Delessert  
     
  est la première à avoir su « grener le sucre ».  
     
 
 
  L'Empereur a vu juste !  
 
  Chimiste de formation, ancien ministre de l’Intérieur devenu président de la Société d’encouragement  
     
  pour l’industrie nationale, Jean-Antoine Chaptal exerce une grande influence sur Napoléon 1er pour  
     
  ce qui concerne le monde scientifique et industriel. Il est ainsi à l’origine du premier décret betteravier  
     
  par lequel l’Empereur ordonne, le 21 mars 1811, la mise en culture de 32 000 hectares de betteraves  
     
  sucrières.  
 
  Lorsque son conseiller l’emmène à la sucrerie de Passy, Napoléon comprend immédiatement que ce  
 
  qu’il voit lui offre un atout stratégique, tant dans sa lutte économique contre l’Angleterre qu’en termes  
 
  de ressources alimentaires. Dès le 15 janvier, il décide la mise en culture de 100 000 hectares. Décision  
 
  qu’il assortit de bourses pour les étudiants se destinant aux métiers de la production sucrière, de 500  
 
  licences accordées pour la construction de nouvelles fabriques et de mesures fiscales incitatives.  
     
     
 
 
 
     
      C’est au coeur du village de Passy, à l’ouest de Paris, qu’en 1801,  
      Benjamin Delessert (1773 - 1847), botaniste, homme politique,  
      philanthrope et entrepreneur, transforme une ancienne filature en  
      sucrerie, dont les installations sont bien visibles sur cette gravure  
  du 19e siècle.  
     
     
     
     
 
 
 
  A près de 500 Km de là, dans les Vosges, depuis 1807, a été créée une usine sucriere à Salival qui  
 
  sera en activité jusqu'en 1837 et qui permettra à cette commune de multiplier sa population par deux.  
 
  (voir page consacrée à Salival : "Salm et le trésor des Templiers")  
 
 
  Retour à la page d'acceuil de l'Atelier de Jack  
 
  modifié le 7/10/2016